“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Du terrain à la direction de la Sûreté publique

Mis à jour le 20/01/2016 à 05:05 Publié le 20/01/2016 à 05:05
Richard Marangoni (à droite sur l'image) est le futur directeur de la Sûreté publique.

Richard Marangoni (à droite sur l'image) est le futur directeur de la Sûreté publique. Eric Mathon / Palais princier

Du terrain à la direction de la Sûreté publique

Il sera le premier national à prendre la tête de la police monégasque.

Il sera le premier national à prendre la tête de la police monégasque. Le prince Albert II s'en est « réjoui », hier, en annonçant la prochaine nomination de Richard Marangoni au poste de directeur de la Sûreté publique. Fin février, l'actuel patron des forces de l'ordre, Régis Asso, prendra sa retraite et son adjoint, ce commissaire divisionnaire, actuel chef de la division police urbaine, le remplacera.

Pour cet homme de 54 ans, la marque de confiance représente « outre l'honneur et la fierté, une nécessaire obligation de ne pas décevoir ». C'est aussi la consécration d'une carrière de bientôt trente et un ans. Qui a débuté loin, très loin du bureau de directeur de la Sûreté publique…

Une affaire de famille

Diriger la police monégasque, il ne l'aurait « jamais imaginé » au début de sa carrière. Logique : au départ, celui qui aujourd'hui « vit un rêve éveillé » commence sur le terrain.

En 1984, quand il rejoint les rangs de la Sûreté, Richard Marangoni est agent de police. Et de là, il gravit tous les échelons. Un à un. Jusqu'à faire un crochet par la prestigieuse École nationale supérieure de la police de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, là où sont formés les commissaires de police français. Il est d'ailleurs le premier Monégasque à suivre la formation complète de commissaire sur deux ans - contre un seul auparavant -, au titre d'auditeur étranger.

Et comme en matière de grades, le diplômé en droit et en science politique a touché à beaucoup de services. L'unité de lutte contre les stupéfiants, la protection des hautes personnalités…

Ce vécu, Richard Marangoni s'en servira quand il sera à la tête de la Sûreté. Ces expériences de terrain apportent « une connaissance des hommes, de leur travail, explique ce quinqua souriant. J'ai partagé des tâches parfois difficiles, parfois ingrates. Je suis au courant des difficultés et des moments de bonheur, quand on sauve une personne ou qu'on procède à une arrestation ».

Et puis chez lui, la police est un peu une affaire de famille. Son père portait déjà l'uniforme. Son fils aîné est lieutenant. Une autre manière de bien cerner les problématiques liées au travail de police.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct