Rubriques




Se connecter à

Du miel et des abeilles: fin de série à Roquebrune

Cette année, la 22e édition de la Fête du miel n’aura pas lieu à Roquebrune-sur-Argens. La Ville voulait l’assimiler à une fête de la gastronomie. Elle aura finalement lieu aux Arcs…

Philippe Michon pmichon@nicematin.fr Publié le 17/07/2015 à 15:30, mis à jour le 17/07/2015 à 16:20
La lune de miel prend fin après 21 ans de ma - 29891816.jpg
Après plus de 20 ans d'union sacrée entre les apiculteurs du Var et la commune de Roquebrune-sur-Argens l'édition 2015 de la Fête du miel sera organisée cette année aux Arcs-sur-Argens. doc Philippe Arnassan

Après avoir animé durant 21 ans la place Germain-Ollier au centre du village, Roquebrune-sur-Argens n'accueillera plus l'incontournable Fête du miel.

Et ce dès cette année, puisque la manifestation a d'ores et déjà été déplacée sur la commune des Arcs-sur-Argens.

«Cela peut paraître un peu surprenant après une si longue collaboration et nous regrettons d'avoir été contraints de prendre cette décision»,confie le président du syndicat des apiculteurs professionnels du Var, Didier Gouillet.

 

Les 3 et 4 octobre aux Arcs-sur-Argens

«Nous avons été mis devant le fait accompli en début d'année lorsque la mairie de Roquebrune a imposé de changer la date de notre Fête du miel, d'habitude programmée le premier week-end d'octobre, afin de l'associer à une Fête de la gastronomie prévue le 17 octobre.»

Pour les apiculteurs varois, pas question de noyer le fameux nectar avec d'autres produits gastronomiques. «La présence annoncée de grands chefs attendus pour cette fête de la gastronomie reléguera au second plan le miel en n'en faisant qu'un simple produit d'accompagnement culinaire.»

Et de conclure : «Face à notre positionnement, la mairie a alors décidé de ne plus organiser notre Fête du miel. Elle sera donc organisée ailleurs dans le Var, à la même date que les années précédentes, par Apiculteurs en Provence. La seule et unique Fête du miel organisée par des apiculteurs professionnels sera celle-là. Il n'y en aura pas d'autre…»

 

Rendez-vous donc aux Arcs les 3 et 4 octobre prochains. Au pied du Rocher, certains Roquebrunois semblent désabusés par la tournure des événements concernant les nouvelles orientations municipales dans le domaine de l'animation. Peu osent parler à visage découvert... «Je ne veux pas avoir de problème, mais c'est vrai qu'on ressent un certain changement dans les mentalités. Il y a les pros et anti municipalité,explique Jean-Pascal, commerçant du centre historique. Pour en revenir à cette Fête du miel, c'était l'une des plus belles animations au village. C'est dommage qu'elle parte ailleurs. Pourvu qu'il ne leur prenne pas l'idée d'annuler le Festival de la BD. C'est tout ce qu'il nous reste…»

"Un monument disparaît…"

À l'instar de Jean Cayron, seuls les élus de l'opposition municipale marquent franchement leur désappointement : «Depuis que la commune laisse à la Seml Sarget la gestion de l'événementiel, elle ne fait jamais les choses à moitié… Après vingt et une année de bons et loyaux services autour d'apiculteurs varois et des produits du terroir, nous, Roquebrunois, nous voyons encore disparaître un monument de l'animation et de notre village», lance-t-il sans détour.

«Il faut être irresponsable pour ne pas garder cette manifestation dans ses murs. Il ne restait plus grand-chose, mais alors ça, c'est le bouquet ! La municipalité va désormais proposer un ersatz de la Fête du miel sous le nom «Fête du miel et de la gastronomie». Autant dire bon vent aux abeilles !

Et si les édiles roquebrunois ont changé leur fusil d'épaule, en revanche les élus des Arcs-sur-Argens n'ont pas réfléchi longtemps pour saisir l'opportunité au vol…

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.