“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

DIAPO. Le Festival de Télévision à Monte-Carlo, plus d'un demi-siècle d'histoires

Mis à jour le 03/06/2014 à 16:12 Publié le 31/05/2014 à 16:00
Le couple princier, Rainier III et Grace de Monaco, entouré de plusieurs membres du jury du Festival de télévision de Monte-Carlo.De gauche à droite : Tetsuro Furukaki, Marcel Achart, Marcel Pagnol, Judith Anderson et Gore Vidal.

Le couple princier, Rainier III et Grace de Monaco, entouré de plusieurs membres du jury du Festival de télévision de Monte-Carlo.De gauche à droite : Tetsuro Furukaki, Marcel Achart, Marcel Pagnol, Judith Anderson et Gore Vidal. Archives du Palais Princier de Monaco / G. Lukomski

Je découvre la nouvelle offre abonnés

DIAPO. Le Festival de Télévision à Monte-Carlo, plus d'un demi-siècle d'histoires

Créé en 1961 par le prince Rainier III, l’événement phare du monde du petit écran a gagné en notoriété et a su évoluer.Les souvenirs se sont accumulés en 53 éditions. Place à la 54e !

Créé en 1961 par le prince Rainier III, l’événement phare du monde du petit écran a gagné en notoriété et a su évoluer.Les souvenirs se sont accumulés en 53 éditions. Place à la 54e !

En 1961, le prince Rainier III décide de créer un festival dédié au monde de la télévision. Cannes a le cinéma, qu'à cela ne tienne, Monaco aura le petit écran. En 2014, l'événement cathodique va célébrer sa 54e édition.

« L'idée du prince Rainier III était née de la volonté d'encourager une nouvelle forme d'expression artistique au service de la paix et de l'entente entre les hommes.

Le souverain était véritablement un visionnaire. Qui aurait pu penser en 1961 que la télévision prendrait une part aussi importante dans nos vies des années plus tard.

D'autant qu'à l'époque, tous les ménages ne possédaient pas d'écran ! », souffle Laurent Puons, le directeur du festival.

Marcel Pagnol dans la bande du début

À l'époque, l'événement était organisé par la direction du tourisme et des congrès. Et dans la bande du départ, on trouvait un certain… Marcel Pagnol.

>>RETRO. Un demi-siècle d'histoires pour le Festival de télévision de Monte-Carlo en images

Aujourd'hui, c'est Monaco Mediax qui s'en charge. Une équipe travaille à temps plein tout au long de l'année pour proposer une manifestation de qualité.

Aujourd'hui le Festival de télévision de Monte-Carlo se déroule au Grimaldi Forum mais avant cela, c'était au théâtre Princesse-Grace puis à l'Auditorium Rainier-III qu'il prenait ses quartiers.

Si les séries TV occupent désormais le haut de l'affiche, il y a quelques années encore, c'étaient les animateurs, les stars.

Des émissions étaient enregistrées en Principauté. Du « Champs-Élysées » de Michel Drucker aux « Dossiers de l'écran », pas question de louper le Festival.

Certains se souviennent de Patrice Laffont parti les larmes aux yeux après la der des « Chiffres et des lettres ».

Coup de foudre sur tapis rouge

Mais le Festival c'est aussi quelques jolies histoires. Souvenez-vous, « Les Globe-trotters », une série d'aventures du milieu des années 1960 dans laquelle les deux héros étaient des journalistes, campés par Yves Rénier et Edward Meeks.

Ce dernier a rencontré l'amour sur le tapis rouge. Il a suffi d'un regard échangé avec la romancière Jacqueline Monsigny pour que ce soit le coup de foudre. Ils se sont mariés et ne se sont plus quittés depuis.

Dans le style « l'amour ne prévient pas », la comédienne et animatrice Aurélie Bargeme a également trouvé son prince charmant... parmi les personnes travaillant sur le Festival.

Ils sont mariés et parents d'un enfant.

Patrick Duffy, l'inénarrable Bobby de « Dallas », a aussi un lien particulier avec la Principauté.

Son épouse, Carolyn Rosser, est une ancienne danseuse des Ballets de Monte-Carlo.

Et c'est grâce à Nathalie, l'une des chevilles ouvrières du Festival, qu'ils ont pu visiter la salle Garnier.

Un souvenir qu'ils n'oublient pas puisqu'ils ne manquent pas de le rappeler à Nathalie à chaque fois qu'ils posent un pied en Principauté !

Autant de petites histoires savoureuses qui participent au scénario plein de rebondissements du Festival.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.