Deux morts, un blessé grave: ce que l'on sait de la terrible fusillade sur une bretelle d'autoroute la nuit dernière à Marseille

Une fusillade a fait deux morts et au moins un blessé dans la nuit de dimanche à lundi à Marseille, dans le 13e arrondissement, au cœur des quartiers populaires du nord de la ville, sur une bretelle d'autoroute, a-t-on appris de source policière.

AFP Publié le 12/09/2022 à 09:35, mis à jour le 12/09/2022 à 09:42
Des constatations de police scientifique (image d'illustration). Photo Sébastien Botella

Course-poursuite et voiture canardée sur l'autoroute

D'après la police, une course poursuite s'est engagée vers 3h30 entre deux voitures, jusqu'à ce que l'une bloque l'autre à la sortie 2 de la bretelle de l'A507, au niveau du quartier du Merlan. Les occupants du premier véhicule sont alors sortis sur la chaussée et ont tiré sur les occupants du véhicule bloqué.

La voiture dans laquelle circulaient les victimes a subi de multiples impacts de balles, a-t-on appris de source proche du dossier.

Deux morts, une 3e victime entre la vie et la mort

Deux des hommes se trouvant dans la voiture sont morts sur place: l'un d'eux, âgé de 25 ans environ, a été trouvé au sol, tandis que l'autre, âgé de 30 ans environ, était encore dans la voiture. Tous deux ont été trouvés en arrêt cardio-respiratoire.

Un troisième homme présent dans la voiture ciblée par les tirs, gravement blessé, présentait de multiples impacts de balles sur les membres et dans le dos, a ajouté la même source proche du dossier. Conscient au moment de sa prise en charge, il a été transporté à l'hôpital avec un pronostic vital engagé.

 

Une 4e victime évaporée dans la nature? 

Les secours et la police ont vainement cherché une quatrième personne qui aurait été dans le véhicule, selon les dires du blessé, sans réussir à la localiser.

L'enquête confiée à la PJ

La police judiciaire de Marseille a été saisie de l'enquête.

Depuis le début de l'année, 22 personnes sont mortes par balle dans les Bouches-du-Rhône, et principalement à Marseille, le plus souvent sur fond de trafic de stupéfiants, selon un décompte de l'AFP. La préfecture de police ne donne plus de décompte officiel des "règlements de compte" liés au trafic de stupéfiants, comme en 2021, quand elle en avait recensé 15.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.