“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Deux mois pour le faux Portugais interdit de casino à Monaco

Mis à jour le 01/06/2012 à 10:06 Publié le 01/06/2012 à 07:05
La technique de vol par empalmage consiste, comme les prestidigitateurs, à camoufler des jetons ou des cartes dans sa main.

La technique de vol par empalmage consiste, comme les prestidigitateurs, à camoufler des jetons ou des cartes dans sa main. illustration DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Deux mois pour le faux Portugais interdit de casino à Monaco

Un ressortissant italien avec une fausse carte d'identité portugaise et un nom d'emprunt, arrivant d'Alessandria pour jouer 50 euros au Casino de Monte-Carlo... Suffisamment d'incohérences pour ne pas laisser planer le doute sur les véritables intentions du personnage.

Un ressortissant italien avec une fausse carte d'identité portugaise et un nom d'emprunt, arrivant d'Alessandria pour jouer 50 euros au Casino de Monte-Carlo... Suffisamment d'incohérences pour ne pas laisser planer le doute sur les véritables intentions du personnage.

Voilà Franco Frattalone !

Cet homme, déjà connu de la justice monégasque, vient de comparaître devant le tribunal correctionnel, selon la procédure de flagrant délit, menottes aux poignets et encadré par des policiers.

Rondouillard, presque quinquagénaire, l'air débonnaire, on le croirait inoffensif... Mais il ne faut pas s'y fier ! Surtout après l'exégèse d'une certaine saveur du président Jérôme Fougeras-Lavergnolle*. « Dans la nuit du 26 au 27 mai dernier, les services de sécurité de l'établissement de jeux ont vite remarqué cette personne, déjà connue pour vol par empalmage(technique de vol qui consiste à dissimuler des jetons ou carte dans sa main, ndlr) .Même si à l'entrée, il a présenté de faux papiers au nom de Carlos Mendès... Expliquez la provenance de cette pièce d'identité contrefaite et vos intentions ? »

Le détenu a indiqué nonchalamment : « J'ai trouvé un portefeuille au cours de mon séjour au Portugal. J'ai alors reproduit et falsifié le document officiel sur un ordinateur et je l'ai plastifié. Je m'en suis servi au Casino de Monte-Carlo car j'avais peur d'être reconnu plus facilement en présentant ma vraie carte italienne pour jouer. Comme je n'ai aucun travail, j'ai tenté ma chance. J'ai besoin d'argent. Personne ne m'aide en Italie. Je fais des petits boulots, mais je n'ai aucun salaire fixe... »

Il se débarrasse de ses papiers dans le casino

Le président lui a rappelé : « Pourtant, quand vous avez compris que l'on vous observait, vous vous êtes vite débarrassé de ce document, comme le montrent les caméras. En 1991 vous aviez été condamné à six mois d'emprisonnement pour infraction à la loi sur les jeux. N'oubliez pas que le 12 juin prochain vous comparaîtrez à nouveau devant ce même tribunal pour un vol de jetons en février 2012. »

Toutes ces déclarations sont à remettre en question, pour le procureur Michaël Bonnet. « Venir d'Alessandria pour jouer 50 euros ? Monsieur est surtout à Monaco pour avoir la chance de passer inaperçu pendant le Grand Prix de F1. En fait, il n'est pas venu au casino pour jouer, mais pour commettre un nouveau larcin. Cette personne ne vit que de vols. Cela mérite deux mois d'emprisonnement ferme ! »

La défense va essayer de minimiser l'affaire. « Mon client, a déclaré Me Sarah Filippi, est interdit de casino. Mais sa volonté de jouer l'a emporté. Il va mettre en place cette tromperie grossière, autant par la falsification que par le scénario. C'est un amateur ! Prononcez une sanction avec du sursis. Soyez indulgent, car il reviendra devant ce tribunal le mois prochain... »

Pas question : les juges l'ont condamné à deux mois d'emprisonnement ferme. Peut-être pour avoir la certitude de le revoir à l'audience dans quinze jours...

*MM. Florestan Bellinzona et Sébastien Biancheri, assesseurs.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.