“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Deux ans de prison ferme pour le voleur des 103.000 € au CFM

Mis à jour le 30/05/2012 à 09:01 Publié le 30/05/2012 à 07:09
C’est le 19 avril 2010 qu’a eu lieu ce vol par ruse.

C’est le 19 avril 2010 qu’a eu lieu ce vol par ruse. (Archives Olivier Ogéron)

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Deux ans de prison ferme pour le voleur des 103.000 € au CFM

Le Colombien explique avoir eu un besoin pressent d’argent et il aurait agi selon les indications d’une amie. Il est déjà défavorablement connu de la justice française

Le Colombien explique avoir eu un besoin pressent d’argent et il aurait agi selon les indications d’une amie. Il est déjà défavorablement connu de la justice française

C'est le second malfrat*, sur un groupe de sept personnes, à comparaître devant le tribunal correctionnel, pour le vol effectué au Crédit Foncier de Monaco le 19 avril 2010. Le Colombien Alfonso Cuellar Gaitan, un « pauvre bougre innocent » de cinquante-trois ans si l'on en croit sa propre description, a été condamné à deux ans de prison, hier matin, par les juges monégasques.

Le détenu, qui se prétend agriculteur céréalier, est accusé d'avoir soustrait frauduleusement 103.400 € au préjudice de la banque de la Principauté.

D'emblée, le président Marcel Tastevin** a rappelé le déroulement des faits. «Plusieurs personnes sont entrées au CFM avec vous. Puis ils ont réussi à faire sortir le caissier de son bureau en faisant tomber des billets et des cartes. Pendant que l'employé aidait à ramasser l'argent, vous avez fait le tour pour vous emparer d'une liasse de billets. Avec vos complices, vous êtes montés rapidement dans une fourgonnette, sauf Mme Martha Elena Hoyos. Un policier a tenté d'interpeller le groupe, mais vous avez tous fuit à pied. L'enregistrement de la vidéo surveillance atteste bien votre présence sur les lieux. Comme vous avez fait l'objet d'un mandat d'arrêt international, vous avez été pris en Argentine le 28 février 2011, et incarcéré en attendant votre extradition... Pourquoi ce vol ? »

Organisation internationale ?

Le Colombien a répondu avec beaucoup d'émotion dans la voix jusqu'à joindre des larmes à ses suppliques. « J'ai quitté mon pays et ma famille à quarante-quatre ans à cause de la misère. La situation était très difficile. Il me fallait de l'argent ! J'avais la charge de dix enfants. Ma fille était morte du sida et j'étais criblé de dettes.

C'est la raison pour laquelle je suis venu à Amsterdam pour gagner ma vie en tant que serveur et gardien de parking. J'ai rencontré Martha un jour à l'église. C'était une amie. Elle m'a parlé d'une connaissance qui lui proposait de voler une enveloppe ou une mallette dans une entreprise. Comme j'avais besoin d'argent... »

Riposte rapide du président. «Martha n'est pas venue les mains vides. Elle vous a donné des faux papiers. Puis vous avez fait 1.400 km pour venir à Monaco avec un mini-Van sans en savoir plus ? Et le choix de la banque ? La personne qui fait venir des gens d'Amérique Latine, qui donne des consignes par téléphone de l'Italie, qui savait que ce jour-là un caissier allait laisser son tiroir ouvert : où est-elle ? Vos propos ne tiennent pas la route ! Tous vos complices qui sont entrés dans la banque étaient bien connus d'Interpol. En 2009, vous les aviez côtoyés au tribunal de Bobigny pour une condamnation pour vol... Et après votre départ de Monaco, racontez ? »

Libérable dans 3 mois

Le détenu a pris même Dieu à témoin pour assurer de sa bonne foi ! « On s'est partagé l'argent. Ce n'est pas du théâtre. J'ai une famille. Je suis comme un animal pour avoir reçu 4 500 €. Puis je suis retourné en Colombie.» Petit tacle du président : « Pourtant on vous a arrêté en Argentine... »

En annonçant sa condamnation à deux ans de prison ferme, le président Tastevin lui a précisé que sa « peine courrait depuis son arrestation en Argentine. Vous serez donc libérable dans trois mois environ. »

Alfonso Cuellar Gaitan a dit merci au tribunal en joignant les mains comme pour une ultime prière pour l'avoir écouté.

*En octobre 2010, une des complices de la bande, la Colombienne Martha Elena Hoyos, 52 ans, avait été condamnée par la justice monégasque à un an de prison ferme et 110.000 € de dommages et intérêts à verser au CFM.
**M. Jérôme Fougeras-Lavergnolle et Mme Sophie Fleurichamp, assesseurs.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.