“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Deux ans d'emprisonnement pour un ancien inspecteur de police à Monaco

Mis à jour le 24/05/2013 à 10:33 Publié le 23/05/2013 à 07:01
Le tribunal correctionnel.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Deux ans d'emprisonnement pour un ancien inspecteur de police à Monaco

Un ancien inspecteur de police a été condamné à deux ans d'emprisonnement et lourde amende pour abus de confiance, ce mercredi par le tribunal correctionnel.

Un ancien inspecteur de police a été condamné à deux ans d'emprisonnement et lourde amende pour abus de confiance, ce mercredi par le tribunal correctionnel.

Troisième acte d'une affaire d'abus de confiance ! Avec la condamnation de Christian par le Tribunal correctionnel à deux ans de prison ferme, avec mandant d'arrêt, 260 000 euros de dommage et intérêt, et le rejet des nullités soulevées par la défense. Un lourd dossier où sont compilés, de 2003 à 2006, détournements de fonds, fausses factures, etc. Pour un préjudice de quelque 255 000 euros subit par la société Alizé Environnement Services (AES). Alors qui est cet ancien inspecteur de police sans reproche qui se serait découvert sur le tard une âme mercenaire ?

D'emblée la défense, représentée par Me Franck Michel, a bondi pour réclamer justice et nullités. « La première fois, mon client n'a pu être convoqué ni entendu par le juge d'instruction qui a prétexté ignorer son adresse. La seconde fois, mon client avait informé par courrier de son déplacement professionnel dans l'Est de la France. Le juge n'en n'a pas tenu compte et lance un mandat d'arrêt. Mon client a été condamné par défaut ! Il n'était même pas au courant de son inculpation ! Comment se défendre ? »

« Fausses factures »

Nullités rejetées. Le président Cyril Bousseron évoquait ensuite le « passif » de ce sexagénaire natif de Toulon. « Employé commercial au début, il a été promu au poste de directeur. Chéquiers et signatures sont à disposition. Quand la société est mal en point, il est licencié. A l'heure du bilan, on note le détournement d'une grande partie de l'actif par le prévenu. Des chèques sont tirés sur le compte de la société et encaissés par Christian. Des paiements de fournisseurs arrivent aussi sur son compte. Des fausses Un ancien inspecteur de police a été condamné à deux ans d'emprisonnement et lourde amende pour abus de confiance, ce mercredi par le tribunal correctionnel.factures dissimuleront des montants perçus. D'autres masqueront les mauvais résultats de la société AES. Il reçoit des acomptes sur salaire et remboursement de frais... »

Pour le représentant de la partie civile, Me Didier Escaut, « auréolé de son ancienne fonction, cet homme a mis en place un système en toute impunité. Le rapport d'audit a chiffré le préjudice délictueux à plus de 410.000 euros. Il faut totaliser, depuis les sept années que cette affaire dure, la somme de 450 000 euros de dommages et intérêts. »

Le procureur Jean-Jacques Ignacio estimait, de son côté, n'avoir « aucune raison de modifier les réquisitions antérieures, car tout arrivait sur le compte du prévenu sur lequel il a somptueusement vécu. » Ce sera deux ans d'emprisonnement ferme.

Me Franck Michel, dans sa plaidoirie, paraissait « très étonné que cette filiale de la SMEG ne se soit pas rendu compte plus tôt des fausses factures. Ou encore que mon client percevait des avances sur rémunérations ! Il assure que c'était le stratagème mis en place pour obtenir des marchés. Est-ce vrai ? Est-ce que cette histoire tient debout ? La seule façon de le savoir c'est d'entendre mon client. Dans ce contexte de doutes diffus, il peut bénéficier des circonstances atténuantes. »

La réponse, c'est la condamnation à deux ans de prison ferme. Mais avec une suite au quatrième acte : devant la Cour d'appel.

*Mlle Cyrielle Colle et Mme Aline Brousse, assesseurs.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.