Deux ans avec sursis pour le policier qui avait éborgné un supporter bastiais

La Cour d'assises a estimé que l'usage de son arme n'était ni "absolument nécessaire", ni "proportionné": le policier qui avait éborgné un supporter bastiais avec sa matraque après un match à Reims en 2016 a été condamné vendredi à deux ans de prison avec sursis.

AFP Publié le 07/10/2022 à 22:04, mis à jour le 07/10/2022 à 22:09
Maxime Beux (centre) discute avec ses avocats François Fabiani (gauche) et Benjamin Genuini (droite) lors du procès contre le policier qui l’a éborgné, à la Cour d’Assisses de Reims, le 4 octobre 2022. Photo AFP

Cette peine, annoncée à l'issue de presque 5 heures de délibéré, est conforme aux réquisitions de l'avocat général. La défense avait plaidé l'acquittement.

"Sans ignorer le contexte, vous avez fait un usage de votre arme qui n'était pas absolument nécessaire, ni strictement proportionné", a affirmé à l'accusé la présidente de la Cour d'assises de la Marne lors du verdict.

"Le scénario catastrophe, ça aurait été un acquittement", a réagi la victime Maxime Beux. "La réquisition a été suivie. Dont acte (...) Ça va me permettre de passer à autre chose."

Son avocat, Me François Fabiani, a salué un verdict qui reconnait des "violences volontaires avec arme ayant entraîné une infirmité permanente", ainsi que "la qualité de victime" de son client.

Les avocats de la défense n'ont pas souhaité s'exprimer.

 

"Ne pas condamner" cet ancien de la BAC, jugé pour avoir "volontairement commis des violences" serait "tout simplement illégal, mais le condamner trop lourdement serait tout simplement inique", avait déclaré l'avocat général, Matthieu Bourrette, dans ses réquisitions.

15 ans encourus

Ce procès, "ce n'est pas la mise en cause de la police. Le 'police bashing' est un jeu collectif bien trop répandu", a-t-il pointé. Mais ce n'est pas non plus "le procès du hooliganisme corse", a-t-il ajouté, après des témoignages policiers sur "l'hostilité" du groupe d'ultras bastiais auquel appartenait Maxime Beux, 22 ans à l'époque.

"Fut-il un menteur, fut-il un meneur, il demeure un homme blessé, une victime", a souligné le procureur. Frappé alors qu'il prenait la fuite, Maxime Beux "n'était pas dangereux". Le policier, 50 ans, désormais en service dans un commissariat de Reims et privé du port d'arme, encourait 15 ans de réclusion criminelle.

A la barre, il a rejeté toute idée de "violences volontaires", estimant avoir agi de manière proportionnée et obéissant à des ordres. "Je n'ai aucunement voulu détruire sa vie", a-t-il lâché, réaffirmant ses "regrets" vendredi.

Le 13 février 2016, à l'issue d'un match de Ligue 1 remporté par Bastia à Reims, le policier avait fait usage de sa matraque télescopique contre Maxime Beux dans le centre-ville, entraînant la perte de son œil gauche.

 

L'incident avait eu lieu après une montée de tension entre policiers et supporters. Déjà victime d'un jet de fumigène, l'accusé s'était lancé à la poursuite de la victime, qui venait de donner un coup de pied dans sa voiture, et lui avait asséné ce coup de matraque.

"Insupportable"

Maxime Beux sera menotté, malgré une blessure saignante, et placé en garde à vue. Sa prise en charge par les secours n'interviendra que plus d'une heure plus tard. Une faute "de taille", qualifiée d'"insupportable" par l'avocat général.

En garde à vue, le policier affirme d'abord que le jeune homme s'est blessé en chutant sur un poteau, une version reprise pendant deux ans par les autorités.

Le coup de matraque "visait l'épaule", a assuré l'accusé devant la cour. "Il était inconcevable que cela finisse dans l'oeil", a-t-il encore affirmé.

"Ce dossier part d'un mensonge initial, éhonté" d'un policier "couvert pendant trop longtemps par sa hiérarchie", et qui "nie l'évidence", a plaidé l'avocat de la victime, Me Benjamin Genuini.

"Tout ce qu'il a fait est parfaitement légal", a répliqué en défense Me Nicolas Brazy, demandant l'acquittement. "Était-il nécessaire d'utiliser son bâton télescopique?". "Je dis trois fois oui" et le coup n'a "pas été porté de manière excessive", a affirmé cet avocat.

 

Depuis l'ouverture du procès mardi, policiers et supporters se sont renvoyés la responsabilité des échauffourées. Les premiers ont pointé du doigt des chants anti-français et anti-police, et des tags haineux griffonnés dans les toilettes, dont un proclamant: "On a tué votre préfet".

Pour Maxime Beux, interdit de stade à deux reprises en 2014 et 2017, les policiers "voulaient se faire les Bastiais" et ont harcelé son groupe.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.