“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Deux affaires coup sur coup au Casino de Monte-Carlo

Mis à jour le 11/12/2015 à 05:07 Publié le 11/12/2015 à 05:07
Ce n'est pas le casse du siècle : l'employée de la caisse du casino, qui fait l'objet des plus gros soupçons, aurait détourné un millier d'euros.

Ce n'est pas le casse du siècle : l'employée de la caisse du casino, qui fait l'objet des plus gros soupçons, aurait détourné un millier d'euros. archives M. A.

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Deux affaires coup sur coup au Casino de Monte-Carlo

Simultanément, l'établissement de jeux de la SBM est victime d'escrocs professionnels, qui seront jugés mardi prochain, et de salariées peu scrupuleuses qui auraient mis la main dans la caisse

Par le plus étonnant des hasards, deux affaires qui n'ont strictement rien à voir l'une avec l'autre secouent le Casino de Monte-Carlo en même temps. Dans un cas, l'établissement de jeux de la Société des Bains de Mer est victime. En l'occurrence, de trois escrocs soupçonnés d'avoir triché à la roulette anglaise et empoché frauduleusement quelque 540 000 € (lire notre édition d'hier).

Dans l'autre cas, ce sont des employés de la SBM qui sont dans le collimateur des enquêteurs de la Sûreté publique. Mercredi matin, huit salariées de la caisse du Casino de Monte-Carlo, là où sont vendus les tickets d'entrée aux salles de jeux, ont été interpellées et placées en garde à vue. Dans la soirée, sept d'entre elles ont été remises en liberté tandis qu'une dernière voyait sa garde à vue prolongée.

Hier matin, deux autres femmes employées à cette même caisse ont également été interpellées et placées en garde à vue pour être entendues dans cette affaire.

« Pas une organisation frauduleuse »

L'enquête porte sur des soupçons de détournement d'argent à cette caisse qui délivre les tickets d'entrée au Casino de Monte-Carlo. Ce n'est pas le casse du siècle : chaque billet est vendu à 10 euros et le préjudice total ne dépasserait pas quelques milliers d'euros.

L'affaire a débuté sur des soupçons de la SBM, précisément du service du contrôle des jeux. La Sûreté publique a été alertée fin novembre. Un peu moins de trois semaines plus tard, l'enquête a débouché sur une vague d'interpellations.

« L'enquête porte sur les pratiques de certains employés de la SBM, résume Jacques Dorémieux, le procureur général de Monaco. Ces employés ne se sont pas concertés entre eux, nous ne sommes donc pas en présence d'une organisation frauduleuse, et tous n'ont pas détourné des fonds. »

Ramdam en interne

Et puis, les sommes ne sont pas faramineuses. La principale accusée aurait détourné un millier d'euros ; d'autres, à peine quelques dizaines d'euros…

L'enquête va maintenant devoir établir combien de caissières pourraient être impliquées dans ces détournements et sur quelle durée ces pratiques frauduleuses ont eu lieu. Ce qui permettra d'estimer le montant total du préjudice.

Dans un communiqué adressé hier soir à Monaco-Matin, la Société des Bains de Mer indique qu'elle « procède aux enquêtes internes nécessaires pour expliquer cette affaire présumée de vol » et qu'elle « doit désormais prendre toutes les mesures conservatoires nécessaires, sur la base des éléments en sa possession, et conduire l'ensemble des analyses permettant de déterminer la chaîne des dysfonctionnements qui ont permis à de tels événements de se produire ».

Le Casino de Monte-Carlo devrait donc se remettre facilement des quelques milliers d'euros détournés. Mais l'affaire, on s'en doute, a fait grand bruit en interne. D'autant qu'elle intervient au moment où un vrai gros dossier d'escroquerie sera examiné mardi prochain par le tribunal correctionnel de Monaco. Et là, pour le coup, le préjudice est beaucoup plus douloureux pour la SBM. Les tricheurs auraient empoché 540 000 €. Voire beaucoup plus…

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.