Destruction du Sporting d'hiver: des voix s'élèvent encore

D'autres voix s'élèvent autour de la destruction annoncée du Sporting d'hiver. Pour la créatrice Elizabeth Wessel, « on ne détruit pas un monument historique. Au contraire il faut protéger l'infiniment peu d'histoire qui reste encore à Monaco. C'est son image de marque »

La rédaction Publié le 19/07/2013 à 07:19, mis à jour le 19/07/2013 à 08:49
Destruction du Sporting d'hiver : encore des  - 21916584.jpg
Vue aérienne du projet à venir de la place du Casino à l'avenue de la Costa.

D'autres voix s'élèvent autour de la destruction annoncée du Sporting d'hiver. Pour la créatrice Elizabeth Wessel, « on ne détruit pas un monument historique. Au contraire il faut protéger l'infiniment peu d'histoire qui reste encore à Monaco. C'est son image de marque ».

Et déplore que « Monaco a malheureusement été laxiste dans son urbanisation ». Même si « l'architecture moderne est très belle lorsque de bons architectes ont été choisis et peut se marier merveilleusement bien avec les immeubles historiques ».

René Croési veut rappeler la richesse historique du bâtiment qui a accueilli « le dîner de gala à l'occasion du mariage du prince Rainier et de la princesse Grace, la naissance du Bal de la Rose, les plus beaux moments du grand orchestre d'Aimé Barelli, les galas des Colonies étrangères qui ont contribués à la réputation d'excellence de la SBM ».

Selon Christian Cresto, ce débat n'a plus lieu d'être. « À mon avis, il est trop tard pour se poser la question : faut-il détruire le Sporting d'hiver ? Tant de beaux édifices ont été sacrifiés, pour faire les " choux gras " de promoteurs. Au point de non retour où nous sommes, ce n'est pas la destruction du Sporting d'hiver qui va donner des regrets, d'autant plus que le projet prévu met en valeur le Casino, le Café de Paris et l'hôtel de Paris. La question, il fallait la poser trente ans en arrière ! »

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.