“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Des rencontres littéraires pour favoriser le goût de lire

Mis à jour le 07/05/2013 à 08:43 Publié le 06/05/2013 à 07:05
Un salon du livre pour tous les styles et tous les goûts, samedi à l'Auditorium Rainier III.

Un salon du livre pour tous les styles et tous les goûts, samedi à l'Auditorium Rainier III. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Des rencontres littéraires pour favoriser le goût de lire

Près d’une centaine d’auteurs ont présenté leurs ouvrages samedi pour ce salon du livre monégasque qui tend à devenir pérenne

Près d’une centaine d’auteurs ont présenté leurs ouvrages samedi pour ce salon du livre monégasque qui tend à devenir pérenne

Pas de musique samedi à l'Auditorium Rainier III, mais de la littérature… L'établissement abritait les deuxièmes « Rencontres littéraires à Monaco »regroupant cette année près de 97 auteurs. Une « surprise » et une joie pour Yvette Gazza-Cellario, qui a « rêvé », organisé et lancé ce salon du livre monégasque via sa Librairie numérique. « Un événement placé sous l'échange, le plaisir et la simplicité », lance-t-elle, qui a rassemblé quelque 400 personnes.

Dans les allées, tous les genres. Du polar au livre d'art. Du roman à la biographie de personnalité. L'occasion de mettre en avant des auteurs de la région, quelques Monégasques aussi, et une littérature rouge et blanche. Sur les stands, on croise de nombreux ouvrages écrits sur l'Histoire ou les événements de Monaco.

De quoi satisfaire les collectionneurs. On fait aussi le grand écart. Des romans de Bernard Spindler aux livres de l'artiste Moya. Ou de la démarche originale de l'avocate corse Marie-Josée Cesarini-Dasso.

Elle narre, dans un livre oscillant entre le roman et l'ouvrage juridique, les aventures d'un de ses confrères du siècle des Lumières, Hyacinthe Di Brano. Plus personnelle encore, l'histoire de Raouf Oufkir. Emprisonné à l'adolescence au Maroc où son père avait tenté un coup d'État, il est resté vingt ans dans une geôle et aujourd'hui défend le besoin d'une intégration plus juste dans la société française.

« Connaître les auteurs »

L'initiative a plu ce samedi. « Il n'y a plus de librairie à Monaco, alors il faut que des manifestations comme celle-là perdurent notamment pour un côté pédagogique et donner aux enfants le goût de la littérature » note Jacques Moscato, l'ancien directeur de l'Académie de musique qui vient de signer « Matarel, le gentil dino », un conte pour enfants.

Ces rencontres avaient également vocation de favoriser l'échange autour de la francophonie.

Amplifié par la remise d'un prix de l'Union de la Presse francophone à une auteur roumaine.

Après une première édition plus confidentielle en 2012, l'événement imaginé par Yvette Gazza-Cellario, devrait se poursuivre en 2014. Et sera d'ailleurs rebaptisé « Rencontres Littéraires Fabian Boisson », en hommage au jeune homme décédé il y a six ans. « Ces rencontres répondent à une impérative nécessité de connaître les auteurs des ouvrages » a noté Jacques Boisson, le père de Fabian, dans un discours non sans émotions.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.