Rubriques




Se connecter à

Des jeunes auraient exhibé des armes de guerre dans un clip de rap, plusieurs interpellations

Les participants au tournage sauvage d'un clip de rap ont été interpellés au début du mois dans un quartier du nord de Nice. Sur les images, on les voit exhiber plusieurs armes, dont des kalachnikovs.

La rédaction Publié le 14/11/2018 à 17:22, mis à jour le 14/11/2018 à 18:39
Le clip du rappeur AK est tourné dans les quartier de Las Planas et du Rouret, à Nice-Nord. Photo DR

Il est "indigné" par "ces clips violents et provocateurs" qui "répandent un sentiment de haine envers la France". Et qui "font l’apologie de la violence, du communautarisme et parfois du terrorisme, et incitent à la haine et à l’insurrection contre l’Etat et ses institutions."

C'est par un communiqué de presse signé Christian Estrosi que l'on a appris, ce mercredi, l'interpellation de plusieurs participants au tournage sauvage d'un clip de rap dans les quartiers du Rouret et de Las Planas, au nord de Nice.

Les vidéos diffusées sur la toile ces derniers jours par le rappeur niçois AK, qui signe la musique, mettent en scène des jeunes grimés de masques et brandissant - entre autres - des armes de guerre.

Repérés avenue Henri-Sappia par les agents du Centre de supervision urbain de la Ville, qui ont immédiatement avisé la police nationale, plusieurs protagonistes ont été appréhendés sur les lieux "dans le temps de la flagrance", a précisé le maire de Nice.

Les images de vidéo-surveillance ont été transmises aux enquêteurs, précise encore Christian Estrosi qui "demande à la justice des peines exemplaires et dissuasives" pour que "les actions quotidiennes menées par nos policiers municipaux et nationaux ne soient pas réduites à néant par la faiblesse ou l’absence de sanctions."

 

Armes en plastiques?

Contacté, le procureur de la République de Nice, Jean-Michel Prêtre, confirme l'intervention des forces de l'ordre le vendredi 2 novembre. Les protagonistes ne disposaient effectivement pas d'autorisation de tournage.

Mais les forces de l'ordre n'ont constaté que des armes factices et aucune suite judiciaire n'a été donnée à cette affaire.

Cette intervention était survenue quelques jours à peine après une intervention similaire dans le quartier Saint-Augustin, à l'ouest de la ville. Dans cette affaire, où une cinquantaine de personnes avait entravé la circulation, exhibé des fumigènes et des battes de base-ball et autres matraques télescopiques, huit jeunes hommes sont convoqués en mai devant le tribunal correctionnel.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.