Rubriques




Se connecter à

Des chats pris pour cibles par des tirs au plomb et du poison à Toulon, plusieurs morts

Sur la table du salon, il y a les photos d’une petite chatte, couchée sur le flanc.

So. B. Publié le 03/08/2018 à 19:54, mis à jour le 03/08/2018 à 20:33
Illustration chat. Photo archives N-M

Christiane ne veut pas les regarder, elle a trop de chagrin.

Le 17 juin, son animal était retrouvé mourant au fond de son jardin, quartier de la Chapelle-des-Moulins à Toulon.

"Deux orifices sur le flanc gauche et droit laissent penser à une blessure par balle, pouvant être à l’origine de la mort", a écrit le vétérinaire dans son certificat.

Intoxiqué par un raticide

Si l’émotion est à fleur de peau, c’est aussi à cause de l’empoisonnement d’une autre minette, vendredi dernier, le 27 juillet.

 

"On a vu souffrir cette petite bête, c’est une horreur", expliquent Joëlle et Corine, les filles de Christiane.

La vétérinaire Fadwa Duchêne confirme le diagnostic.

"On a reçu un chat certainement intoxiqué par un produit raticide, avec des hémorragies internes, vomissements et diarrhées. J’ai essayé de sauver l’animal, en vain", explique-t-elle.

Inquiète de la présence accessible de raticide, la vétérinaire confie que "ces empoisonnements ne se produisent pas régulièrement, même s’il y en a déjà eu".

 

Des précédents

Par le passé, Christiane et son mari ont déjà connu des violences sur deux autres chats, dans cette impasse tranquille de l’ouest toulonnais.

En juin 2017, une chatte a reçu un plomb dans la patte; Caline a survécu et est toujours à la maison.

En 2012, un matou n’a pas eu cette chance. Un projectile dans la cuisse avait poussé à l’amputation, puis au décès de l’animal.

Quatre cas de trop, dont la police nationale est saisie. Avec récemment, une main courante et un dépôt de plainte pour des actes de cruauté punis par la loi.

 

Christiane a nourri quatre chatons nés dans la rue. Elle a eu le souci de les faire stériliser, avec l’aide de l’association Catlove. Sûrement pas pour les voir mourir.

Christiane et ses filles dénoncent des actes de cruauté. Photo So.B..

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.