Rubriques




Se connecter à

Dance Forum: les ballets de Moscou et Monaco en osmose

Entente cordiale entre les ballets du Bolchoï et de Monte-Carlo dans le « Lac des cygnes »

André Peyregne Publié le 19/12/2011 à 07:18, mis à jour le 02/01/2012 à 18:45
Titre - 15400673.jpg
Le modernisme et le classicisme réunis pour un ballet enchanteur. Alice Blangero

Entente cordiale entre les ballets du Bolchoï et de Monte-Carlo dans le « Lac des cygnes »

Le Monaco Dance Forum s'est achevé samedi, dans un Grimaldi Forum comble, en présence du Prince Albert II et de la Princesse Caroline, sur un événement chorégraphique historique : la rencontre entre le Ballet du Bolchoi de Moscou et les Ballets de Monte-Carlo.

Les deux compagnies se sont partagé l'interprétation du « Lac des cygnes » de Tchaïkovsky. La première apparut dans la splendide tradition des danses en tutu, la seconde dans le modernisme d'une nouvelle chorégraphie Jean-Christophe Maillot.

 

Monaco se chargea du premier acte, Moscou du second, les deux compagnies se retrouvant à la fin dans un étonnant mélange de combinaisons modernes et de tutus classiques. On sentait entre les danseurs une sorte d'entente cordiale. Ils étaient à tu et à toi…

À tutu et à toi ! De la chorégraphie du « Lac » de Jean-Christophe Maillot, moderne, fluide, colorée, admirablement dansée, nous détaillerons les mérites lorsque nous la verrons intégralement à partir du 26 décembre.

Sur celle des Russes, nous dirons notre enchantement devant la vision de rêve du ballet des cygnes blancs, devant le frémissement angélique des bras et des jambes des ballerines du Bolchoï, devant les performances des solistes : l'époustouflante apparition du « sorcier » Vladislav Lantratov, la finesse des battements d'ailes de Kristina Kretova, les enjambées athlétiques de Semyon Chudin ou les tourbillons d'Ekaterina Krysanova.

Ainsi se sont achevés de manière mémorable les huit jours exaltants du Monaco Dance Forum. Une semaine de spectacles riches, divers, historiques ou contemporains, faisant de l'ensemble un vrai grand festival où le public vint du monde entier.

Et cela sans parler des animations. Tous les soirs, le hall du Grimaldi Forum était inondé de bonne humeur par l'attraction des parapluies qui se déployaient au rythme de « Singing in the rain ».

 

« Singing in the rain » : la goutte d'eau qui fait déborder le jazz…

 

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.