“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cyril Viguier présente à Monaco un film sur les Belmondo

Mis à jour le 28/06/2015 à 10:40 Publié le 28/06/2015 à 08:29
Pour Cyril Viguier, la télé d'aujourd'hui « détruit » . Il estime qu'avec « la téléréalité, on touche le fond ».

Cyril Viguier présente à Monaco un film sur les Belmondo

L’animateur, producteur de télévision, vient de boucler un documentaire sur les Belmondo père et fils, qui sera diffusé à Monaco dès la rentrée. Et il prépare déjà la suite du film "Monaco, les coulisses du Rocher".

L’animateur, producteur de télévision, vient de boucler un documentaire sur les Belmondo père et fils, qui sera diffusé à Monaco dès la rentrée.

Véritable touche-à-tout de la télé, avec sa multicasquette de producteur-réalisateur de films documentaires, d'émissions, et d'animateur télé, Cyril Viguier est un boulimique de l'image.

Après un passage sur la chaîne de la TNT NRJ 12, il vient de boucler le montage du film hommage Belmondo par Belmondo - road-movie dans lequel Jean-Paul et Paul retracent la carrière du père dans les yeux du fils, en parcourant les lieux qui ont marqué leur vie.

Il le présentera en avant-première en principauté de Monaco à la rentrée prochaine.

Combatif dans le métier comme sur un ring - le free fight est sa passion -, Cyril Viguier n'enterre pas ses projets d'émissions.

Avec son franc-parler, il aborde l'actualité du PAF et dénonce une forme de médiocrité du contenu et le manque d'ambition intellectuelle de nombre de chaînes. Il se montre critique également à l'égard de la télévision publique.

Pourquoi choisir Monaco pour présenter votre film sur les Belmondo?
Parce que Monaco fait partie de la vie de Jean-Paul Belmondo. Je le connais depuis trente ans et il a vécu ici de grandes heures. Ce film est une idée de Paul Belmondo et il y tenait. Nous avons tourné des séquences formidables, notamment au stade Louis-II et au Beach. Et puis je prépare l'avenir. Je vais débuter une suite du film Monaco, les coulisses du Rocher, diffusé sur France 3, et initier d'autres projets.

Monaco est une terre propice?
Il y a un potentiel énorme et réel de la marque Monte-Carlo que l'on peut exporter à l'international. C'est une vraie valeur ajoutée, avec cette mixité des cultures, cette multiplicité de secteurs économiques, cette fourmilière de gens passionnants. Pour arriver au résultat que l'on connaît, d'événements reconnus dans le monde entier, c'est qu'il y a de grands professionnels dans l'ombre. Monaco a peu exploité son image au-delà du visible. Il y a un champ d'exploration immense. Je pense fortement à installer une société de production ici.

Où en êtes-vous de votre série sur les politiques ? Et pourquoi cette appétence pour les hommes de pouvoir?
Je vois ça d'un œil américain et ça me fascine. Outre-Atlantique, les hommes politiques font leurs mandats puis se reconvertissent. Souvent dans le privé et avec succès. En France, on a cette hypocrisie bien-pensante de vouloir faire croire qu'un politique ne doit pas s'accrocher au pouvoir, mais que, lorsqu'il quitte ses fonctions, il ne doit pas pouvoir gagner d'argent non plus. Je veux montrer une image modernisée de ces grands hommes qui ont occupé des hautes responsabilités et qui, aujourd'hui, font également des choses formidables. À l'image d'Édith Cresson, qui sera le sujet d'un prochain documentaire. C'est formidable ce que la seule femme Premier ministre réalise aujourd'hui à la tête d'une société d'« intelligence économique ».

Vous voulez réhabiliter les politiques tombés dans l'opinion?
Non. L'histoire revisitera avec un œil serein les choses qu'on a à voir et à savoir sur ces hommes et femmes de pouvoir. Je n'en suis que le témoin. J'ai fait, je pense, les dernières images de Jacques Chirac tournées en privé pour un documentaire sur Jean-Pierre Raffarin, L'Autre Force tranquille, diffusé en ce moment sur France 3. Chirac a quitté la présidence conspué et maintenant il est à 72 % d'opinion favorable. Ce genre de télévision est essentiel pour arriver à mieux décrypter notre époque et comprendre qu'aujourd'hui le système est beaucoup trop éloigné des préoccupations de la majorité des gens.

Vous portez un œil très critique sur la télévision actuelle et ses programmes. Il faut un changement radical selon vous?
Je ne supporte plus l'accumulation d'émissions qui invitent des gens pour en faire de la chair à canon pour chroniqueurs en mal de notoriété. Marre de la télé entre soi.

Pourtant, ces émissions ont de bonnes audiences, c'est donc qu'elles plaisent?
Il y a une loi en télé qui dit que, quand on maintient un programme coûte que coûte, ça finit par marcher même quand on est très mauvais. Avec la téléréalité et ses concepts multipliés, on a touché le fond. Aujourd'hui, la télé doit avoir un rôle positif dans la vie des gens. Elle doit faire en sorte d'être aussi utile dans leur vie quotidienne. Ce n'est pas pour rien que l'on assiste à une fuite de l'audience vers les chaînes en ligne et les réseaux sociaux. Il faut renouveler les concepts.

C'est ce que vous vouliez faire avec votreTalk Club?
Absolument. J'ai pris beaucoup de plaisir à faire cette émission avec des invités qui ont envie de transmettre des choses, leur expérience, leur passion. Des témoignages moteurs pour les spectateurs. Il y a de belles choses à promouvoir et cette émission refera parler d'elle prochainement.

 

Cyril Viguier : « Il faut en finir avec la t - 29708524.jpg

à partir de 1 €


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct