“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Corse-Monaco: quatre sportives de haut niveau font 250 km à la force des bras en paddle

Mis à jour le 30/06/2014 à 08:28 Publié le 28/06/2014 à 07:16
Elles sont arrivées dans les temps sur le quai du nouveau Yacht-club, accueillies par les enfants de 6e et 5e des collèges Charles-III et FANB, ébahis par l'exploit qui ne fait que commencer.

Elles sont arrivées dans les temps sur le quai du nouveau Yacht-club, accueillies par les enfants de 6e et 5e des collèges Charles-III et FANB, ébahis par l'exploit qui ne fait que commencer. Michaël Alesi

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Corse-Monaco: quatre sportives de haut niveau font 250 km à la force des bras en paddle

Quatre sportives de haut niveau ont parcouru 250 km à la force des bras sur un paddleboard entre la Corse et la Principauté. Une traversée test avant le grand défi du Cap Horn.

Quatre sportives de haut niveau ont parcouru 250 km à la force des bras sur un paddleboard entre la Corse et la Principauté. Une traversée test avant le grand défi du Cap Horn.

À l'heure et fraîches comme le matin. Les « quatre givrées »comme elles se nomment elles-mêmes, sont arrivées aux alentours de 10 h 30 hier sur le quai du Yacht-CLub après trois jours de traversée et 250 km, à la force des bras, entre Lucciana en Corse et Monaco.

À peine un peu fatiguées, ces quatre sportives de haut niveau étaient tout sourire et ont même joué le jeu des interviews et des photos durant plus d'une heure après la mise à terre.

« On est plus motivées que jamais pour Le Cap Horn ! »lance Stéphanie Geyer-Barneix, présidente de l'association Cap ô pas Cap (notre encadré) et une des quatre mousquetaires. Car en fait cette traversée n'était qu'un petit avant-goût d'eau salée avant le vrai défi.

Une eau entre 2 et 3°

En décembre prochain, elle parcourra, avec Itziar Abascal, Alexandra Lux et Justine Dupont, 1 500 km, juchées sur leur fidèle paddle. Elles relieront deux continents avec un départ du légendaire Cap Horn, à la pointe sud de l'Amérique et une arrivée à la base Esperanza sur le continent Antarctique, dans l'hémisphère sud, 20 jours plus tard.

Un défi complètement fou, qui confrontera ces aventurières de l'extrême à des eaux entre 2 et 3°, à de fortes houles, mais aussi à des courants capricieux et certainement à de grosses tempêtes.

Accompagnées dans leur périple par le voilier assistance et un équipage d'une dizaine de bénévoles, elles se relaieront toutes les 1 h 15, ce qui leur permettra de se reposer 3 h 45.

«Cette traversée Corse-Monaco nous a permis justement d'ajuster le temps de récupération qui, au départ, était trop court. Mais là, on a trouvé notre rythme. Ramer* la nuit fait aussi partie des moments difficiles à gérer mais on a chacune pris nos marques et tout s'est très bien déroulé ! »

Et Stéphanie Geyer-Berneix et Alexandra Lux, qui en connaissent déjà un rayon, ont pu transmettre leur expérience aux deux nouvelles. En effet, elles sont détentrices du record de la plus longue distance parcourue en Paddle Board.

En 2009, elles avaient déjà relié l'île du Cape Breton (Canada) au Capbreton dans les Landes en 54 jours, soit 4 830 km. En octobre prochain, elles feront une nouvelle traversée test en Bretagne, pour six jours, avant le grand départ.

*On parle de ramer et de rameur pour le paddle board mais c'est bien avec les mains que l'on rame.

Arrivée triomphale avant  la traversée de l'A - 25894707.jpg
Arrivée triomphale avant  la traversée de l'A - 25895733.jpg
Arrivée triomphale avant  la traversée de l'A - 25895734.jpg

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.