Rubriques




Se connecter à

Coraux, poissons: un réchauffement de 2°C limiterait la casse dans les océans

L'océan se réchauffe et s'acidifie sous l'effet du changement climatique, affectant les coraux tropicaux et certains coquillages, mais les impacts sur l'océan, potentiellement catastrophiques, seraient limités avec un réchauffement de 2°C.

Avec AFP Publié le 02/07/2015 à 22:14, mis à jour le 03/07/2015 à 08:56
Corail
dr

L'océan se réchauffe et s'acidifie sous l'effet du changement climatique, affectant les coraux tropicaux et certains coquillages, mais les impacts sur l'océan, potentiellement catastrophiques, seraient limités avec un réchauffement de 2°C.

Telle est la conclusion de travaux menés par une vingtaine de chercheurs internationaux regroupés sous la bannière "Initiative océans 2015" et publiés jeudi dans la revue Science.

Dans leur ligne de mire: la conférence climat de Paris fin 2015 où un accord universel pour limiter le réchauffement à 2°C est espéré.

 

"L'avenir de l'Homme dépend de l'avenir des océans", a souligné lors d'une conférence de presse à Paris Alexandre Magnan, un des auteurs de l'étude, en appelant les pays à "faire preuve d'ambition" pour engager un réel tournant et enfin amorcer une baisse mondiale des émissions de gaz à effet de serre.

"Nous avons regroupé les connaissances sur les océans et nous sommes allés plus loin sur les impacts prévisibles sur les écosystèmes (poissons, coquillages, coraux, mangroves, etc.) et sur les services rendus par les océans" (absorption du CO2, protection des côtes, pêche, aquaculture, etc.), a résumé Jean-Pierre Gattuso, l'un des principaux auteurs et directeur de recherche au CNRS, à l'Observatoire océanologique de Villefranche. 

L'océan, amortisseur du réchauffement

L'océan absorbe plus de 90% de l'énergie excédentaire due à l'effet de serre et plus de 25% du CO2 émis, jouant ainsi un rôle clé d'amortisseur du réchauffement.

 

Par ailleurs, "il abrite 25% des espèces évoluées, fournit 11% des protéines consommées et contribue au rôle de protection des côtes (barrière de corail, mangroves, herbiers, etc.)", a rappelé Jean-Pierre Gattuso pour illustrer la dépendance de l'Homme à ces masses d'eau qui couvrent les trois quarts de la planète.

L'océan a déjà gagné en surface entre 0,6 et 0,7°C depuis l'ère pré-industrielle.

Tout comme l'acidification qui attaque certains organismes (coraux, coquillages, etc.) qui a augmenté de 30%, soit 0,1 point de pH. 

Les récifs coralliens tropicaux, qui protègent de la violence des vagues et abritent une riche biodiversité garante de bonne santé pour la pêche et le tourisme, sont particulièrement menacés.

Or, "les services écologiques et économiques qu'ils rendent représentent des sommes considérables", insiste Jean-Pierre Gattuso. "Des efforts immédiats de réduction des émissions de CO2 sont plus que jamais indispensables pour prévenir le risque de modifications brutales et irréversibles", concluent les chercheurs.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.