“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Conflit social Robertshaw à Monaco: ultimatum ce lundi à midi

Mis à jour le 16/03/2015 à 09:52 Publié le 16/03/2015 à 09:50
Hier matin, les 82 salariés de Robertshaw n'ont pas pu intégrer les locaux de leur entreprise, bloqués par des vigiles.

Hier matin, les 82 salariés de Robertshaw n'ont pas pu intégrer les locaux de leur entreprise, bloqués par des vigiles. J. D.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Conflit social Robertshaw à Monaco: ultimatum ce lundi à midi

La société est paralysée depuis mardi. Après le blocage des accès par les salariés ce jour-là, l’employeur a, à son tour, décidé de fermer les portes de l’usine

La société est paralysée depuis mardi. Après le blocage des accès par les salariés ce jour-là, l’employeur a, à son tour, décidé de fermer les portes de l’usine

Jamais Fontvieille n'avait connu pareille situation! Depuis mardi matin, l'usine de Robertshaw, qui emploie 82 personnes, ne fonctionne plus. Ce fut initialement le fait des salariés, tous prochainement licenciés, qui voulaient exprimer leur mécontentement et ont décidé de bloquer les accès à leur entreprise. Mais mardi soir, après l'intervention de la Sûreté publique, l'employeur a, à son tour, empêcher les salariés de réintégrer les lieux.

>>RELIRE.

L'avocat des salariés, Maître Franck Michel n'en revient pas : «La réunion de ce jeudi était initialement prévue dans les locaux de l'entreprise. Nous avons été accueillis par des vigiles interdisant l'accès à Robertshaw. C'est la première fois que je vois ça ! Ce sont de curieuses manières de faire! Je suis très inquiet pour les salariés, qui ont affaire avec des dirigeants qui n'ont aucun lien avec Monaco. D'ailleurs, on ne sait même pas qui est l'administrateur-délégué. A priori, il n'y a pas de représentant légal.»*

Durant toute la matinée, les délégués du personnel et leur avocat Franck Michel d'une part, la direction et leur avocate Delphine Frahi d'autre part, se sont mis autour de la table dans un bureau, au Gildo Pastor Center.

>>RELIRE.

«C'est inhumain»

Pour les salariés, c'était la douche froide.

«La direction est restée sur ses positions, explique Marie-France Marzoughi, déléguée du personnel, déléguée syndicale et secrétaire générale des Métaux. Elle nous propose 1.200 euros par année d'ancienneté, dans la limite de 25 ans, les indemnités de congédiement sur la base des conventions collectives françaises, 1.000 euros par enfant à charge de moins de 18 ans, et 4.000 euros pour les couples. Elle maintient également les 4 000 euros pour la formation professionnelle, et propose 200 euros par semaine de " prime de motivation " pour les 28 dernières semaines de travail.»

«Nous avons encore fait un effort considérable en doublant ce bonus et ainsi, en le passant de 100 à 200 euros par semaine», tient à souligner Didier Buhot, administrateur de l'entreprise.

>>RELIRE.

Mais les salariés ne le voient pas du même œil. «Ça représente, en tout et pour tout, 0,8 mois de salaire par année d'ancienneté. C'est le pire des plans. La direction nous a dit que si nous refusions sa proposition, elle fermerait définitivement l'entreprise. D'ici lundi midi, chaque salarié doit se prononcer, le temps des négociations étant terminés. C'est inhumain. Nous sommes devant une machine à broyer, sans scrupule et sans crainte »

Réouverture la semaine prochaine

Du côté de la direction, Didier Buhot explique : «Nous avons besoin de l'adhésion des salariés et de leur accord rapidement, car nous avons encore perdu, mercredi, deux clients. Le personnel peut être informé, dès ce vendredi, pour nous donner sa décision lundi. Depuis ce jeudi soir, les salariés disposent d'une note de synthèse qui récapitule notre proposition et qui fait droit à un certain nombre de leurs demandes.»

>>RELIRE.

L'avocat de la direction de Robertshaw, Maître Delphine Frahi, donne, quant à elle, ses explications: «C'est la direction et moi-même qui avons accueilli les salariés ce jeudi. Il y a eu des dégradations de matériel, notamment un transpalette, et nous craignons d'autres dégradations dans les locaux. L'employeur ayant une obligation de sécurité à l'égard de son personnel, nous sommes dans l'impossibilité de laisser les salariés pénétrer dans les locaux. Les installations seront contrôlées en début de semaine prochaine. Dès que nous aurons l'avis de conformité, les locaux pourront être rouverts. Notons que l'ensemble du personnel est rémunéré durant cette période[sauf mardi, jour de grève, NDLR]

Enfin, sur l'existence ou non d'un administrateur-délégué, l'avocate explique seulement : « Il y a un représentant légal dans l'entreprise. »Qui ? On n'en saura pas plus…

>>RELIRE. A Monaco, les plans sociaux existent aussi

*Franck Michel regrette également la position du gouvernement princier : « Il y a une sorte de passivité de l'État. Les salariés auraient pu être plus soutenus par le gouvernement. Ce dossier donne une très mauvaise image de Monaco. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.