“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Confinement bafoué: un Azuréen verbalisé pour la septième fois, direction le tribunal à Nice

Mis à jour le 13/04/2020 à 19:30 Publié le 13/04/2020 à 19:24
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Confinement bafoué: un Azuréen verbalisé pour la septième fois, direction le tribunal à Nice

C’est l’un des records établis depuis le début du confinement sur la Côte d’Azur. Et il n’y a vraiment pas de quoi s’en glorifier.

Un Beausoleillois a été déféré ce lundi matin au parquet de Nice, à l’issue de sa garde à vue pour non-respect des mesures sanitaires en vigueur.

Il a été interpellé au cours du week-end passé par la police municipale de Beausoleil, qui l’a confié à la police nationale. Ce jeune homme a en effet largement dépassé le stade de la contravention: il en était à son septième PV!

L’intéressé est déjà connu de la police. Il a aggravé son cas en bafouant les règles du confinement.

Etre contrôlé quatre fois sans attestation dérogatoire constitue un délit; cet Azuréen a largement atteint son quota.

Il avait été tour à tour contrôlé par la police nationale ou municipale. Mais les premiers PV étaient dressés sur papier. Leur recensement électronique a permis de lui présenter l’addition.

Ce récidiviste du non-confinement a été présenté, ce matin, au parquet de Nice. Le magistrat de permanence a requis un mandat de dépôt.

Le juge des libertés et de la détention devait se prononcer dans la journée, en attendant un procès en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.