“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Concours pyromélodique: la Belgique a embrasé le ciel monégasque

Mis à jour le 20/07/2015 à 09:16 Publié le 20/07/2015 à 09:12
Les Belges ont tiré leur feu d'artifice hier soir, depuis la nouvelle digue du port Hercule, et ont embrasé le ciel monégasque.

Les Belges ont tiré leur feu d'artifice hier soir, depuis la nouvelle digue du port Hercule, et ont embrasé le ciel monégasque. Cyril Dodergny

Concours pyromélodique: la Belgique a embrasé le ciel monégasque

La Belgique était le deuxième pays en lice, ce samedi, au concours international de feux d’artifice pyromélodiques. Pour la mairie de Monaco, c’est, pour chaque feu, un investissement de 80.000 €

La Belgique était le deuxième pays en lice, ce samedi, au concours international de feux d’artifice pyromélodiques. Pour la mairie de Monaco, c’est, pour chaque feu, un investissement de 80.000 €

"Mystifire, le voyage dans l'émotion". C'était le nom du programme pyromélodique d'hier soir. Après la Suisse le 3 juillet, et avant l'Italie et la Slovaquie les 1er et 8 août, la Belgique a embrasé le ciel monégasque, sous le regard attentif de Charlotte Colombel, régisseur technique pour la société Jacques Couturier organisation.

Vingt minutes de spectacle au cours duquel Cliff Hooge, artificier et designer, a cherché à transmettre toutes les émotions de l'âme humaine, de la dépression au bonheur.


(Photo Cyril Dodergny)

Vaste programme qui s'est appuyé sur un large choix musical : Stromae, Bruno Mars, partitions classiques… "On a voulu utiliser tous les types de feux, dont des flashs, des girandoles et même des produits comme des OVNI", explique l'artificier.

"80.000 € par feu"

"Dans le registre de l'animation, le concours pyromélodique est le gros budget annuel, avec son pendant hivernal, le village de Noël, note Jacques Pastor, 4e adjoint au maire, délégué aux Sports et Loisirs. Chaque feu coût à la mairie de Monaco 80 000 euros. L'artificier, à lui seul, reçoit 30 000e. Le gagnant perçoit 10.000 et le deuxième 5.000€."

Mais le concours pyromélodique ne saurait se réduire à une question d'argent.


(Photo Cyril Dodergny)

"Les pays participants donnent le meilleur d'eux-mêmes. Pour eux, c'est une belle carte de visite de dire qu'ils ont remporté le prix à Monaco", souligne Jacques Pastor. C'est ainsi qu'hier, le Belge Cliff Hooge précisait avoir participé à cinq reprises au concours dont il fut une fois vainqueur.

Les critères de sélection sont précis. Lise Bricoux, directrice de l'espace Léo-Ferré, les connaît par cœur: "La composition du feu, la synchronisation, le choix des musiques, le choix des couleurs, l'impression générale, l'originalité et le bouquet final."

Cette année, le président du jury est André J. Campana, adjoint au maire. À ses côtés, Séverine Canis-Froidefond, directrice de la Prospective, de l'Urbanisme et de la Mobilité, Daniele Marchadier, Evan Gérard, représentant les élèves de l'École supérieure d'arts plastiques, et Jacques Pastor.


(Photo Cyril Dodergny)

"Nous devons être rigoureux,insiste ce dernier.Les règles sont très précises. La société Jacques Couturier contrôle la sécurité mais garantit aussi le bon fonctionnement du concours. C'est très strict."

Pas de favoritisme, donc… C'est le meilleur qui gagne!

 


(Photo Cyril Dodergny)

 


(Photo Cyril Dodergny)

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct