“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Communales à Monaco: Franck Nicolas, challenger fair-play à l'esprit d'équipe

Mis à jour le 03/02/2015 à 09:00 Publié le 03/02/2015 à 08:54
Le candidat à l'élection communale est impliqué dans le monde sportif et associatif. Il compte s'appuyer sur ses expériences pour répondre aux besoins des Monégasques.

Le candidat à l'élection communale est impliqué dans le monde sportif et associatif. Il compte s'appuyer sur ses expériences pour répondre aux besoins des Monégasques. Michaël Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Communales à Monaco: Franck Nicolas, challenger fair-play à l'esprit d'équipe

La tête de liste d’« Un regard neuf » s’est lancée dans la course à l’élection communale. Portrait d’un passionné de sport investi dans le monde associatif

La tête de liste d’« Un regard neuf » s’est lancée dans la course à l’élection communale. Portrait d’un passionné de sport investi dans le monde associatif

Franck Nicolas est de ceux dont l'agenda déborde. Une réunion par-ci, un rendez-vous par là, un déjeuner au milieu et des soirées tout aussi chargées. Le candidat à l'élection communale, tête de liste d'« Un regard neuf » mène de front sa vie professionnelle et ses nombreux engagements associatifs.

Ce Monégasque de 55 ans, marié et père d'une fille trentenaire, est responsable des installations sportives de l'ASM. Une fonction qu'il occupe sous différentes nominations depuis 31 ans. Né enfant du pays, il part après le lycée (en Principauté) faire son service militaire en France. D'abord au 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes, puis à l'école des troupes aéroportées de Pau.

Paradoxal pour quelqu'un qui avait le vertige. «Mon père avait été parachutiste lui aussi. Il ne pensait pas que je suivrais sa route alors il a été très fier lorsque j'ai obtenu mon diplôme», confie Franck Nicolas.

>>RELIRE.

De retour à Monaco, le jeune homme travaille quatre mois au casino. Mais il jette l'éponge. «Je ne supporte pas de rester enfermé et le travail la nuit, ce n'était pas pour moi. J'ai besoin d'espace, de bouger.»

Les seuls moments où il parvient à rester assis, c'est lorsqu'il écrit. Des poèmes, des nouvelles et même des chansons, qu'il interprète aussi à la guitare ou au piano. Le reste du temps, il est constamment en mouvement.

Les Jeux olympiques

Quand le prince Albert, avec qui il jouait au foot enfant, lui propose d'être pousseur au bobsleigh, ce sportif n'hésite pas. «J'avais 27 ans, je faisais de la boxe, alors j'avais la carrure qu'il fallait. J'ai essayé, ça m'a tout de suite plu. J'ai intégré l'équipe de bob dans laquelle je suis resté pendant 17 ans. J'ai vécu des années exceptionnelles. C'est incroyable d'avoir pu participer à des compétitions internationales, aux Jeux olympiques. Et puis à l'époque, cette discipline n'était pas connue à Monaco. Il a fallu tout mettre sur pied, découvrir la technique mais aussi la manière de créer un club sportif.»

Le sport, une grande histoire d'amour. Il y a deux ans et fort de son expérience, Franck Nicolas crée le Skating club ofMonaco, dont il est le président. On n'est finalement pas loin du bob, puisqu'il est toujours question de glisse et de glace sauf que c'est sur patins cette fois.

Franck Nicolas est un homme de contact. Très entouré, affable, il a le tutoiement facile et la chaleur de ceux qui se lient d'amitié rapidement.

Et c'est finalement à force de discuter avec les uns et les autres que jaillissent les idées. L'engagement associatif est un pilier de la vie de cet hyperactif.

Il crée le « Club contre le cancer » à 12 ans

«J'ai commencé à 12 ans. Cette histoire remonte à loin mais je m'en souviens comme si c'était hier. Au collège, un jour, ma professeur d'histoire est entrée en pleurs dans la salle de classe. Elle venait de perdre sa sœur des suites d'une leucémie. Je me souviens de cette sensation d'avoir le cœur déchiré. Alors avec des copains, on a créé " le club contre le cancer ". On lavait des voitures et, l'argent qu'on récupérait, on l'envoyait à l'ARC (Association pour la recherche sur le cancer). J'en suis devenu le premier donateur mineur ! À l'époque, les médias en avaient parlé.»

Rien d'étonnant ainsi, à ce qu'il décide il y a une dizaine d'années, d'organiser un grand événement rassemblant toutes les associations monégasques. La « Nuit des associations » est née.

Franck Nicolas est également investi dans la Grande Loge Nationale Régulière de la Principauté de Monaco (GLNRPM). Il assume totalement son engagement maçonnique. «Je ne l'ai jamais caché, j'en ai toujours parlé. Cela n'a pas modifié mes relations avec les gens.»

Le contact avec les autres est un besoin. Le téléphone sonne sans cesse. Des sollicitations pour parler boulot ou juste pour passer une soirée entre amis. «Francky», comme l'appellent ses proches, aime échanger.

«Finalement, la mairie, c'était une évidence. Je veux faire des choses pour la communauté. Je veux être là pour aider les autres. Si je deviens maire, n'importe qui pourra venir me voir sans rendez-vous. La proximité c'est essentiel.»

Le challenger à l'élection n'a rien d'un novice. Il a laissé son poste de président du parti Synergie Monégasque cet été, car c'est bien en son nom qu'il se présente, pas au titre d'un groupe politique. Mais de fait, les élections, il connaît, puisqu'il a participé aux trois dernières campagnes nationales.

Pour autant, ce qui frappe chez lui, c'est cet incroyable fair-play. Pas question d'avoir le moindre mot négatif à l'encontre de la liste adverse. «On n'a pas besoin de rabaisser les concurrents. On doit prouver ce que l'on vaut en s'appuyant sur des idées, des propositions concrètes. Je suis là pour apporter une nouvelle vision, une nouvelle dynamique…»

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.