“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Comment un pilleur de caves "professionnel" a été arrêté à Monaco

Mis à jour le 22/12/2018 à 17:35 Publié le 22/12/2018 à 16:12
Le tribunal correctionnel de Monaco.

Le tribunal correctionnel de Monaco. archives Nice-Matin

Comment un pilleur de caves "professionnel" a été arrêté à Monaco

Le tribunal correctionnel de Monaco a condamné un Algérien de 26 ans à un an de prison ferme avec mandat d’arrêt international. Il a été reconnu coupable du cambriolage de dix-huit caves de l’immeuble Le Bermuda, dans la nuit du 28 au 29 décembre 2016.

Cependant, le prévenu n’a pas pu comparaître à l’audience… Pour cause, il est déjà incarcéré à la maison d’arrêt de Salon-de-Provence jusqu’au 13 juillet 2019 pour des faits identiques.

Évidemment, nous sommes loin du profil d’un voleur à la petite semaine. Quand on a un palmarès avec sept condamnations entre 2010 et 2018, on plafonne plutôt dans la catégorie "chevronné". C’est en effet un véritable professionnel qui a œuvré au pillage des locaux du building de l’avenue Hector-Otto.

Aucun souvenir de sa venue "après sa sortie de prison"

Armé d’un marteau arrache-clous, il a forcé les serrures des portes afin de récupérer tout ce qui lui paraissait monnayable: sac à dos, téléphones portables, ordinateurs, modèles réduits de véhicule de collection, etc.

Au cours de son inspection matinale, le concierge, surpris par toutes ces dégradations, alertait la Sûreté publique.

"Les caméras de vidéosurveillance, relate à l’audience le président Jérôme Fougeras Lavergnolle, captent la présence de l’individu au moment où il s’introduit dans le bâtiment et dès qu’il en ressort avec des objets sous les bras. Au cours de l’enquête, les inspecteurs relèvent des traces papillaires sur les serrures et les portes des garages. Elles correspondent au détenu. Entendu dans le cadre d’une demande d’entraide, le Maghrébin ne se souvient pas particulièrement d’être venu en Principauté après sa sortie de la maison d’arrêt de Nice. Les empreintes? Il ne les explique pas, n’ayant jamais fait de détour par Monaco avec son scooter…"

Après le rappel des incarcérations sur le territoire français pour vols, violences, recels, port d’arme, destructions, effractions et dégradations, par le président, le procureur Alexia Brianti revient sur le détail des faits.

"C’est bien ce personnage sans scrupule"

"Le voleur arrive vers 1h10, il manipule quelques portes et ressorts vers 5h20 avec son butin. Des instruments utiles à l’effraction ont été retrouvés. Douze prélèvements effectués établissent la concordance avec sa fiche d’identité. Alors, quand on se réfère à son casier, malgré son amnésie, c’est bien ce personnage sans scrupule qui se trouvait sur ces lieux cette nuit-là. Il ne travaille pas et il vit des vols commis. Devant la gravité d’un tel délit, vous prononcerez une peine d’emprisonnement d’un an ferme avec mandat d’arrêt."

"Rien ne permet de conclure qu’il était à l’intérieur"

Mais pour la défense, les réquisitions ne permettent pas de condamner le prévenu. "La vidéo, argumente Me Arnaud Cheynut, montre une silhouette masculine sortir avec un sac à dos à 3h20. Or, il serait parti à 5h20. Les empreintes sont situées à l’extérieur. Mais pas dans les caves. D’après le PV des policiers, on ne peut pénétrer dans les lieux qu’avec des clés ou des cartes d’accès. Rien ne permet de conclure que mon client était à l’intérieur de l’immeuble. Comment le concierge peut avoir la certitude de sa culpabilité de vol? J’ai des doutes. On sait juste que cet homme était à proximité. Vous devez prononcer la relaxe…"

Le tribunal s’en gardera et suivra les réquisitions du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct