Rubriques




Se connecter à

Comment faire pour anticiper le risque sismique ?

Paléo-sismologue au laboratoire Géoazur à Sophia Antipolis, Isabelle Manighetti « ausculte » la croûte terrestre et ses failles afin de prévenir les futurs tremblements de terre

Publié le 03/03/2017 à 05:13, mis à jour le 03/03/2017 à 05:13
Amatrice a été frappée par un séisme en août 2016. La ville italienne a été réduite en ruines.
Amatrice a été frappée par un séisme en août 2016. La ville italienne a été réduite en ruines. d'archives AFP

Elle cherche l'empreinte des grands séismes passés, pour anticiper les futures secousses et leurs risques associés. L'Azuréenne Isabelle Manighetti, paléo-sismologue au laboratoire Géoazur à Sophia Antipolis, travaille en « auscultant » la croûte terrestre et ses failles.

Le 18 janvier, la terre a encore tremblé en Italie, au nord des Abruzzes. Une région déjà durement frappée ces derniers mois. Auparavant, en août, le village d'Amatrice a été réduit en ruines, et 298 personnes ont péri. Un drame qui a ravivé de douloureux souvenirs. Quand, le 6 avril 2009, un tremblement de terre de magnitude 6,3 avait semé la mort à l'Aquila, emportant 308 personnes.

 

À chaque séisme meurtrier, une question ressurgit : comment mieux se prémunir pour éviter des drames ?

« C'est un enjeu majeur, pose calmement Isabelle Manighetti. Pour préparer les populations au risque sismique, il faut au moins pouvoir anticiper les lieux et la magnitude des séismes qui vont nous frapper dans les prochaines décennies. L'une des clés de cette anticipation est la connaissance des forts séismes similaires qui se sont produits dans les 15 000 à 20 000 dernières années. Ces données permettent de déterminer les périodes de retour et la magnitude maximum des grands séismes passés, et donc d'anticiper celles, possiblement similaires, des événements futurs. »

« Pour préparer les populations au risque sismique, il faut au moins pouvoir anticiper les lieux et la magnitude des séismes qui vont nous frapper dans les prochaines décennies », explique Isabelle Manighetti.
« Pour préparer les populations au risque sismique, il faut au moins pouvoir anticiper les lieux et la magnitude des séismes qui vont nous frapper dans les prochaines décennies », explique Isabelle Manighetti. Éric Ottino.
I. Manighetti, Géoazur.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.