Coke, ecstasy, amphét' à Monaco: un mois de prison ferme

Oui, le trafic de drogue est très répandu en Géorgie. La comparution de George devant le tribunal correctionnel de Monaco, selon la procédure de flagrant délit, en est une parfaite illustration.

J.-M.F. Publié le 11/04/2014 à 07:19, mis à jour le 11/04/2014 à 08:44
Palais de justice de Monaco
Archives Eric Dulière

Oui, le trafic de drogue est très répandu en Géorgie. La comparution de George devant le tribunal correctionnel de Monaco, selon la procédure de flagrant délit, en est une parfaite illustration.

Ce Géorgien, la quarantaine, a été condamné à un mois de prison ferme pour détention de drogues dures.

L'affaire remonte au dimanche 6 avril, à l'hôtel Fairmont. Le concierge de service remarque sur un siège du hall une pochette d'ordinateur. Elle semble abandonnée. Afin d'en connaître son propriétaire, il ouvre l'étui et reste très surpris quand il découvre un sachet de poudre blanche à l'intérieur. Il alerte aussitôt les services de police.

Entre-temps, une personne se présente à l'accueil pour récupérer la fameuse trousse, certainement perdue ou oubliée.

 

« On avait prévu de faire la fête »

« Mais les enquêteurs sont arrivés, a précisé le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle. En accord avec le concierge, ils mettent au point un plan afin de prendre le fautif sur le fait… Et direction la Sûreté publique. »

Puis, s'adressant au prévenu : « Elle était à vous cette pochette contenant 12,6 g de cocaïne, sept cachets d'ecstasy et quelques pilules d'amphétamine ? »Sacré cocktail !

La réponse s'avère un peu terrifiante par sa banalisation. Comme si ce genre de détention était tout à fait naturel. « Oui, elle est bien à moi… Journaliste dans mon pays, je venais de Géorgie afin d'interviewer une personnalité célèbre résidant en Principauté. Et puis, on avait projeté de faire la fête avec mon épouse et des amis à Perpignan et Barcelone avec cette drogue… »

« C'était une bonne affaire »

 

Le président a également interrogé le prévenu sur la provenance de ces substances.

« En arrivant à l'aéroport de Nice, j'avais rendez-vous avec un dealer entre les terminaux 1 et 2, grâce à un ami géorgien résidant sur la Côte d'Azur. J'ai acquis l'ensemble pour 250 euros. C'était une bonne affaire… Peut-être que mon ami en a payé une partie en guise de cadeau de bienvenue… »

Le procureur Jean-Jacques Ignacio rappellera les faits et demandera la condamnation de cet homme à une peine sévère, au moins cinq mois.

Mais sur le banc de la défense, Me Alice Pastor va faire vibrer la corde sensible de la famille.

« Soyez humains ! Cet homme a cinq enfants à charge. Alors, prononcez une peine qui ne portera pas préjudice à ces cinq innocents… »

Le tribunal en a tenu compte…

 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.