“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Climat: Monaco a posé les bases juridiques avec l'ONU

Mis à jour le 07/01/2015 à 08:00 Publié le 07/01/2015 à 07:52
La délégation était composée d'Élisabeth Lanteri-Minet, directrice des Affaires internationales, et Chloé Petruccelli, secrétaire des Relations extérieures, Christophe Prat, directeur de l'Environnement, Patrick Rolland, chef de division et Jean-Baptiste Blanchy, chef de section à la direction de l'Environnement.(DR)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Climat: Monaco a posé les bases juridiques avec l'ONU

José Badia, conseiller de gouvernement pour les Relations extérieures et la Coopération, a conduit la délégation monégasque qui a participé à la 20e Conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qui s'est tenue à Lima en décembre dernier.

José Badia, conseiller de gouvernement pour les Relations extérieures et la Coopération, a conduit la délégation monégasque qui a participé à la 20e Conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qui s'est tenue à Lima en décembre dernier.

Cette conférence avait pour objectif de débattre des bases juridiques d'un accord international engageant l'ensemble des pays dans des réductions d'émission de leurs gaz à effet de serre pour tenter de maintenir la hausse des températures à 2°C. Elle était fondamentale pour la préparation de la conférence de Paris Climat 2015 qui devra marquer une étape décisive dans la négociation du futur accord international sur le climat pour l'après-2020.

Un outil contraignant

Lors de son intervention, José Badia a plaidé en faveur d'un outil juridiquement contraignant, définissant des mécanismes de sanctions en cas de non-respect des obligations par les parties.

Il a insisté également sur le fait que, même si le principe de responsabilité historique des pays industrialisés ne peut être ignoré, il est fondamental que les pays émergents prennent position et que des engagements volontaires soient définis afin d'encourager les pays en développement à participer aux efforts internationaux.

En effet, Monaco défend l'idée selon laquelle les engagements de réduction des émissions par les États pourraient être revus à la hausse au fil des années, en fonction de l'évolution de leur niveau de développement économique et social.

Par ailleurs, dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique extérieure, Monaco entend soutenir les pays les moins avancés et les plus démunis face aux changements climatiques.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.