“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Chez les Mourenon, le rallye se court en famille

Mis à jour le 23/01/2014 à 08:32 Publié le 23/01/2014 à 07:20
La famille Mourenon prête à prendre le départ du 17e Rallye Monte-Carlo historique.

La famille Mourenon prête à prendre le départ du 17e Rallye Monte-Carlo historique. Michael Alesi

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Chez les Mourenon, le rallye se court en famille

Ils sont quatre, dans trois voitures différentes, et s’apprêtent à courir le 17e Rallye Monte-Carlo historique. Rencontre sur le port Hercule, hier, quelques heures avant le départ pour Valence

Ils sont quatre, dans trois voitures différentes, et s’apprêtent à courir le 17e Rallye Monte-Carlo historique. Rencontre sur le port Hercule, hier, quelques heures avant le départ pour Valence

Une passion, ça se partage. » Jean-Philippe Mourenon, 65 ans, fait prendre la route du Rallye Monte-Carlo historique à toute sa famille. Lui, au volant d'une DS 21, courra avec son épouse Marie-Pierre. Son fils Didier, 41 ans, avec un ami, Pascal Sauvaget, en Porsche 911. Enfin, sa fille Laly, 29 ans, avec Elise Stelmach dans une Mini Cooper S.

Tous licenciés de l'Automobile Club de Monaco, ils peaufinaient hier après-midi les derniers préparatifs pour vivre en famille l'aventure. Une grande première pour eux et pour le Rallye Monte-Carlo historique qui n'a jamais accueilli pareille équipée. Car une expérience comme celle-ci, c'est peu banal !

« Participer au Rallye tout seul n'a pas d'intérêt,explique Didier Mourenon. Aujourd'hui, avec mon épouse et mes enfants, je concrétise ma passion. » Restera la cadette, Marion, 21 ans, qui n'a pas encore le permis de conduire : « Ça me tient à cœur de courir au moins une fois avec mon père. »Peut-être pour l'année prochaine…

« J'ai tendance à ouvrir la route »

Car « Pappy Boyington », comme on l'appelle dans la famille, a su emporter tout son petit monde dans sa passion pour l'automobile.

En 2013, après vingt-cinq ans de mariage, son épouse Marie-Pierre décide, à son tour, d'entrer dans la course. C'est ainsi qu'elle fait son premier Monte-Carlo à 52 ans, comme copilote. L'aventure a commencé pour elle, et pour la toute première fois, à la Ronde Internationale de Saint-Martin-Vésubie, en juin 2011. « Avant, il fallait s'occuper de Marion encore enfant. Aux côtés de Pappy, je faisais les sandwiches, préparais les affaires… »

Aujourd'hui, Marie-Pierre fait son deuxième Monte-Carlo. « C'est physique. On démarre vendredi avec 22 heures de route entre Monte-Carlo et Valence. »

Pour les enfants, ça va être du sport également car Pappy Boyington n'est pas du genre à traîner. « J'ai tendance à ouvrir la route »,avoue-t-il.« Et on a tendance à avoir du mal à le suivre », répond son fils Didier.

Il faudra quand même rester extrêmement prudent et concentré tout au long de cette épreuve de régularité.

Avec six mécaniciens

Pour venir en assistance au team, « six mécaniciens suivent le parcours »,explique Jean-Philippe Mourenon. Dans deux breaks et un fourgon, tout le matériel est stocké pour pallier à la moindre défaillance : pneus, huile… et même un groupe électrogène.

À chaque étape - et si tout se passe bien -, le rallye promet une ambiance chaleureuse où plus de 300 passionnés organisent des dîners au gré des rencontres et des affinités. Après cinq jours entre la Drôme et les Alpes-de-Haute-Provence, la famille Mourenon est attendue mardi prochain, tard dans la soirée, à Monaco. Ce sera la fin des pérégrinations familiales…

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.