Rubriques




Se connecter à

Ce que l'on sait au lendemain de la course-poursuite entre Sospel et Nice qui s'est soldée par un drame

Après une course-poursuite de 40km, la fourgonnette a été rattrapée et immobilisée par les policiers. Un des tirs a touché un homme de nationalité égyptienne. Après avoir été transféré à l'hôpital, il a finalement succombé à ses blessures et est décédé ce jeudi, a annoncé le parquet de Nice.

Ch. P. Publié le 16/06/2022 à 13:42, mis à jour le 20/06/2022 à 15:47
Trois douilles ont été retrouvées sur place. Photo Ottino

L’homme de 35 ans, de nationalité égyptienne, blessé par le tir d’un policier dans la nuit de mardi à mercredi, est décédé, a annoncé ce jeudi le parquet de Nice. La victime était passagère d’un fourgon frigorifique dont le conducteur a forcé plusieurs barrages de police.

Cinq migrants étaient transportés. La victime, atteinte par un tir de riposte d’un agent de la police aux frontières, avait été découverte inanimée dans le véhicule abandonné avenue de la Méditerranée, dans le quartier des Moulins à Nice.

Le ressortissant était-il un candidat à l’exil ou un passeur? L’enquête devra le déterminer. D’abord confiées à la PAF, les investigations pourraient être  poursuivies par un autre service pour éviter tout conflit d’intérêt. Par ailleurs, les auditions de l’Inspection générale ont débuté pour déterminer les circonstances du tir mortel.           

Refus d'obtempérer

Plusieurs passeurs de migrants sont arrêtés chaque semaine par les forces de l’ordre à la frontière franco-italienne. Les opérations de contrôle sont de plus en plus risquées notamment en raison d’un nombre accru de "refus d’obtempérer".

 

Les passeurs, qui sont condamnés à de la prison ferme quand ils comparaissent en correctionnelle,  n’hésitent plus à prendre des risques inconsidérés mettant leur vie en danger, celle des policiers ou des gendarmes et celle de leurs passagers.

Moyennant entre 80 et 200 euros par passager, ces individus, aux profils assez variés, proposent leur service généralement à Vintimille. Cette fois, les autorités italiennes ont repéré le fourgon frigorifique suspect en amont et prévenu la police française.

Le véhicule a forcé un barrage à Sospel puis un à Cantaron, là où un policier a ouvert le feu à quatre reprises. Ce fonctionnaire expérimenté, proche de la retraite, est sous le choc et fait l’objet d’une prise en charge psychologique.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.