“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Bientôt un nouveau nom pour la CDE à Monaco

Mis à jour le 27/04/2015 à 08:36 Publié le 27/04/2015 à 08:30
Le rythme de travail de la CDE devrait se poursuivre en 2015 avec un événement par semaine, comme en 2014, a indiqué le président de la CDE Michel Dotta.

Le rythme de travail de la CDE devrait se poursuivre en 2015 avec un événement par semaine, comme en 2014, a indiqué le président de la CDE Michel Dotta. (Photos Cyril Dodergny)

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Bientôt un nouveau nom pour la CDE à Monaco

La Chambre de développement économique de Monaco pourrait adopter une nouvelle dénomination afin d’être mieux identifiée à l’international

La Chambre de développement économique de Monaco pourrait adopter une nouvelle dénomination afin d’être mieux identifiée à l’international

C'est dans une salle comble que le président de la Chambre de développement économique de Monaco (CDE), Michel Dotta, a présenté le bilan de 2014 et les projets pour 2015, à l'occasion de l'assemblée générale annuelle. C'était peut-être la dernière de la CDE. Qu'on se rassure, cette institution fondée en 1999 ne compte pas stopper ses activités mais elle pourrait changer de nom.

Confirmation a été apportée par le ministre d'État Michel Roger qui a assisté à la réunion: «Le travail n'est pas tout à fait achevé mais les discussions avancent bien. Nous devrions être en mesure d'annoncer la nouvelle dénomination de la CDE dans les prochaines semaines.»

Pour Michel Dotta, cette mesure va simplifier les relations avec l'extérieur.

«Nous nous sommes aperçus que "Chambre de développement économique" est un terme parfois difficile à comprendre. Nous devons à chaque fois expliquer ce que nous faisons. L'objectif est donc d'avoir un nom clair.»

Un peu à l'image des chambres de commerce (mais ce n'est pas ainsi que s'appellera la structure).

Une modification de forme mais le fond, lui, ne bougera pas. Les entreprises auront toujours la liberté d'adhérer à la CDE. Son rôle s'en trouvera même accru.

«Elle aura la mission de coordonner les initiatives, heureuses, de création de chambres de commerce binationales dans notre pays. Il n'y aura donc pas de chambres autorisées en dehors d'un lien étroit avec la CDE, que nous allons organiser», note Michel Roger. Le ministre d'État a par ailleurs souligné « l'image très positive »de l'organisation.

Zagreb et Pékin

Michel Dotta a passé en revue les différentes manifestations qui se sont déroulées en 2014. «L'an dernier, nous avons organisé, en moyenne, un événement par semaine, des opérations ciblant les entreprises et nos membres en priorité, et des opérations de promotion visant à attirer de nouveaux investisseurs.»

Le calendrier de 2015 est tout aussi dense. Après un déplacement à Prague début avril, c'est en Croatie que se déroulera une mission économique du 1er au 3 juillet.

Les pays d'Europe centrale et orientale suscitent en effet l'intérêt des professionnels pour plusieurs raisons : «proximités géographique et culturelle, pays de dimensions moyennes, adaptées à l'échelle de la Principauté»

Une autre mission aura pour destination la Chine en novembre.

En toute fin d'année (du 15 au 17 décembre) sera accueillie une importante délégation russe. «À cette occasion, nous signerons trois accords de coopération avec des organismes économiques majeurs de ce pays. (...) Ils seront pour nous le point de départ de nouvelles actions avec ce pays.»

L'année promet donc d'être aussi riche en événements que la précédente pour les quelque 430 membres de la CDE.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.