“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Bianca Jagger au Festival TV de Monaco: "La peine de mort est, pour moi, une barbarie"

Mis à jour le 17/06/2015 à 21:04 Publié le 17/06/2015 à 20:47
Bianca Jagger.

Bianca Jagger. DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Bianca Jagger au Festival TV de Monaco: "La peine de mort est, pour moi, une barbarie"

Le Festival TV de Monte-Carlo, auquel participe Bianca Jagger en qualité de juré, lui offre une belle tribune pour évoquer ses engagements : gaz de schiste, peine de mort, déforestation et déplacement de populations tribales sont quelques-unes de ses actions.

Le Festival TV de Monte-Carlo, auquel participe Bianca Jagger en qualité de juré, lui offre une belle tribune pour évoquer ses engagements : gaz de schiste, peine de mort, déforestation et déplacement de populations tribales sont quelques-unes de ses actions. 

De Bianca Jagger, on connaissait le passé étincelant de mannequin, actrice et jet-setteuse lorsque, femme de l'icône du rock Mick Jagger et amie intime d'Andy Warhol, elle débarquait au Club 54 à dos de cheval. 

C'était il y a longtemps. Quarante ans! 

Aujourd'hui, Bianca Jagger se bat sur d'autres fronts bien plus sérieux et plus profonds.

"La peine de mort est, pour moi, une barbarie. Un meurtre d’État. N’oublions pas que l’on ne peut jamais écarter le risque de voir un innocent exécuté".

Ambassadeur de bonne volonté du Conseil de l'Europe, récompensée par un "Nobel" alternatif, elle s'est récemment rendue en Afghanistan et se bat avec acharnement contre les violences faites aux femmes et aux enfants.

 


Interview à lire dans Var-matin et Nice-Matin, ce jeudi, dans les pages "Détente" ou dans notre journal en ligne.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.