Bébés retrouvés morts en Haute-Savoie: la mère mise en examen pour meurtre

La mère des deux bébés retrouvés morts le 1er janvier dans un appartement de Rumilly (Haute-Savoie) a été mise en examen pour "meurtre" et écrouée, a annoncé lundi à l'AFP le parquet d'Annecy.

La rédaction Publié le 23/01/2023 à 18:47, mis à jour le 23/01/2023 à 18:48
Illustration. Photo N-M

"La mise en cause a été placée en garde à vue jeudi dès la levée de son hospitalisation sous contrainte. Elle a été présentée à un juge d'instruction samedi, mise en examen pour meurtre sur mineur de 15 ans et placée en détention provisoire", a précisé la procureure de la République Line Bonnet.

"Elle a pleinement coopéré avec les enquêteurs", a souligné la magistrate dont le parquet avait ouvert une information judiciaire pour "meurtre sur mineur de moins de 15 ans" peu après la découverte des corps.

Cette dernière avait eu lieu le 1er janvier, en début d'après-midi, lors d'une intervention des gendarmes qui avaient été prévenus par la mère des enfants, selon le parquet.

Au cours de l'appel au 17, la jeune femme, âgée de 35 ans, avait indiqué "avoir à son domicile les corps de deux bébés morts".

Sur ses indications, les gendarmes, arrivés sur place, avaient trouvé "deux dépouilles emmaillotées dans une valise", avait expliqué la procureure le 6 janvier, au lendemain de la révélation de cette affaire dans la presse régionale.

La mère avait été immédiatement interpellée puis hospitalisée sous contrainte en raison de son état de santé.

Pas en mesure de dater ses deux accouchements

"Elle a reconnu avoir donné naissance à deux reprises à des enfants qui sont décédés très rapidement après leur naissance dans des circonstances qu'elle ne peut expliquer. Elle indique avoir découvert ses grossesses au moment de l'accouchement", a précisé à l'AFP lundi la procureure.

"Elle n'a pas été en mesure de dater ses deux accouchements qui seraient intervenus toutefois il y a plusieurs années", a-t-elle souligné.

L'autopsie, réalisée le 4 janvier à Grenoble, n'avait pas permis de déterminer la date et la cause des décès, que devaient déterminer des analyses complémentaires.

La jeune femme vivait en couple avec deux enfants nés en 2020 et 2021. Son compagnon depuis 2019, qui était à l'étranger depuis la mi-décembre, avait été placé en garde à vue pour recel de cadavre le 5 janvier à son retour en France, puis relâché le lendemain sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.