“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Bagarre alcoolisée au Before : deux mois avec sursis

Mis à jour le 14/01/2016 à 05:10 Publié le 14/01/2016 à 05:10

Bagarre alcoolisée au Before : deux mois avec sursis

Les nuits sont de moins en moins calmes dans les établissements situés en bordure de la route de la Piscine, sur le port Hercule.

Les nuits sont de moins en moins calmes dans les établissements situés en bordure de la route de la Piscine, sur le port Hercule. Avec des heurts récurrents à la moindre contrariété !

La tension est vite montée, le 9 octobre dernier, vers 23 h, entre un client assidu du Before et une victime éméchée. Repoussée vertement, cette dernière a buté contre le miroir des toilettes et s'est blessée en le brisant. Pendant ce temps-là, son agresseur filait à l'anglaise…

À l'issue de sa comparution devant le tribunal correctionnel, le prévenu a écopé de deux mois d'emprisonnement avec sursis et 1 500 € d'amende.

Coup de boule

Pourtant, d'emblée à l'audience, Frédéric, un Beausoleillois, s'estime la véritable victime. « Ce personnage alcoolisé chahutait et m'a bousculé. Il n'a pas apprécié que je le repousse. Il est alors venu vers moi, la tête en avant. J'ai répliqué par un coup de boule. Je n'aurais pas dû. Quand j'ai compris que la situation dégénérait, j'ai préféré partir… » Comme on s'en doute, dans sa déposition, la victime réfute tout geste violent.

« Pourquoi avez-vous attendu le 21 octobre pour déposer plainte ? » demande le président Jérôme Fougeras Lavergnolle. « À cause de déplacements où j'ai eu de forts maux de tête. Les urgences et mon assurance m'ont incité à faire cette démarche auprès de la police. J'ai demandé à visionner les enregistrements des cinq caméras de vidéosurveillance pour prouver ma bonne foi. Mais aucune ne fonctionnait… »

Pour le président, « le parquet n'a pas estimé crédible votre version. C'est d'ailleurs la seconde fois que vous êtes violent dans cet établissement ».

« Réaction disproportionnée »

À son tour, le procureur Alexia Brianti évoque « un dossier désagréable où l'on ressent de la part du personnel la volonté de laisser la victime et les services de police hors de l'affaire. Le prévenu est un client difficile qui consomme de l'alcool. Son état de légitime défense ne tient pas. Deux mois avec sursis pour que cet agent commercial reste tranquille en Principauté et 1 500 € d'amende ».

Me Alexis Marquet, pour la défense, entendra « des mots très durs à l'encontre de (son) client. Sa réaction est disproportionnée, mais ne minimisez pas l'attitude provocante de la victime. D'autant qu'elle a poursuivi tranquillement sa soirée au bar. On fait un procès d'intention à mon client. Or, il veut tourner la page et il ne met plus un pied dans aucun établissement de nuit… »

Le tribunal suivra les réquisitions du ministère public.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct