“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Avec près de 3 grammes dans le sang, il percute poteau et arceau sous le tunnel du Rocher à Monaco

Mis à jour le 21/08/2020 à 18:00 Publié le 21/08/2020 à 17:59
Avec près de 3 g d’alcool dans le sang, ce touriste lyonnais a joué au billard dans le tunnel du Rocher.

Avec près de 3 g d’alcool dans le sang, ce touriste lyonnais a joué au billard dans le tunnel du Rocher. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Avec près de 3 grammes dans le sang, il percute poteau et arceau sous le tunnel du Rocher à Monaco

Ce touriste lyonnais n'aurait jamais dû reprendre le volant pour aller se changer à son hôtel et faire trempette. Son accident lui vaut une garde à vue, une comparution menottée devant le tribunal et deux mois de prison avec sursis.

Les audiences de flagrance se suivent et se ressemblent. Dernier épisode de la série des excès d’alcool au volant, la mésaventure d’un employé du bâtiment de 26 ans, en vacances à Cap-d’Ail.

Mercredi 12 août, il avait bien trop bu avant de prendre le volant de sa Mercedes. Son taux de 2,8 grammes dans le sang est là, pour le déplorer.

Vers 19h, ce Lyonnais emprunte le tunnel du Rocher. Surpris par un tournant au dernier moment, son véhicule va percuter un poteau de signalisation et un arceau de la galerie qui relie le quartier de Fontvieille à celui de la Condamine. Juste quelques débris éparpillés sur l’asphalte…

Les policiers sont aussitôt informés et l’éthylotest ne peut que se rendre à l’évidence.

Très chère "dernière trempette"

Et voilà comment l’automobiliste s’est retrouvé, menotté, devant le tribunal correctionnel. Dans le box, le prévenu commente son parcours. Il était venu ce jour-là en Principauté avec un ami. Séduit par le cadre de la piscine du Monte-Carlo Bay, il se jette à l’eau pour se rafraîchir puis enchaîne avec cinq pastis et deux bières.

Basé à l’hôtel Marriott, le touriste y retourne pour se changer et reprend la direction du "resort" du Larvotto pour finir la soirée.

"Avec la quantité d’alcool consommé, vous n’auriez jamais dû conduire. Vous avez manqué de conscience", relève le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle (*). Le détenu assure qu’il ne se sentait pas vraiment ivre. "Avant de rentrer le lendemain, je voulais faire une dernière trempette. J’ai pris le virage trop brusquement, au mauvais moment…"

L’ennui, c’est qu’il n’en est pas à son premier pépin judiciaire. Son casier français mentionne quatre condamnations: conduite sans permis, ivresse au volant, outrages et stupéfiants.

"Un passé de délinquant"

Ce palmarès irrite le premier substitut Olivier Zamphiroff. "Monsieur affirme avoir arrêté la consommation d’alcool depuis deux ans! Je n’y crois pas avec plus de 2 grammes relevés. J’ai le réflexe des antécédents. J’ose le mot: c’est un passé de délinquant. Mon intention n’est pas de l’envoyer pour des jours et des semaines dans l’univers carcéral du Rocher. Mais une sanction lourde va enrichir son casier monégasque. Qu’il reparte! Qu’il travaille! Qu’il profite de ses vacances."

Mais avec trois mois avec sursis au-dessus de sa tête réclamés par le ministère public.

La défense estime qu’une peine ferme n’aurait eu aucun sens. "La comparution en flagrant délit a déjà marqué mon client, affirme Me Alice Pastor. Devant vous, c’est une personne convenable. À chaque écart du droit chemin, il a été réprimé. Une sanction symbolique peut avoir un impact…"

La condamnation: deux mois avec sursis et 45 e d’amende pour le défaut de maîtrise.


*Assesseurs : Françoise Dornier et Léa Parienti-Galfre.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.