“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Attentats dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande: ce que l'on sait et ce que l'on ignore encore

Mis à jour le 15/03/2019 à 12:15 Publié le 15/03/2019 à 12:10
Le quartier près de la mosquée Masjid al Noor a été bouclé.

Le quartier près de la mosquée Masjid al Noor a été bouclé. Photo AFP

Attentats dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande: ce que l'on sait et ce que l'on ignore encore

Quarante-neuf personnes ont été tuées pendant la prière du vendredi dans des attaques contre deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch, selon les autorités, un tireur étant identifié comme un extrémiste de droite australien.

Que s'est-il passé?

Ce vendredi à l'heure de la prière, des fusillades ont éclaté dans deux mosquées de Christchurch, commune de 375.000 habitants de l'Ile-du-Sud de la Nouvelle-Zélande.

Les deux cibles connues étaient la mosquée Masjid al Noor dans le centre de la ville ainsi qu'une seconde mosquée, à Linwood, dans la banlieue.

Un tireur lourdement armé d'armes automatiques a fait irruption dans ces lieux de culte et ouvert le feu.

Combien de victimes?

Cette tragédie a fait au moins 49 morts, dont 41 dans la mosquée Masjid al Noor, et 20 personnes ont été grièvement blessées.

Selon plusieurs témoignages, des hommes, des femmes et aussi des enfants feraient partie des victimes.

Ces attaques sont les pires survenues contre des musulmans dans un pays occidental.

qui sont les auteurs?

Selon les premiers éléments, un homme d'une vingtaine d'années serait l'auteur présumé de cette tuerie.

Si la police n'a pas communiqué son identité, la presse néo-zélandaise évoque un un nom, Brenton Tarrant, un Australien âgé de 28 ans.

Le Premier ministre Scott Morrison, l'a décrit comme "un terroriste extrémiste de droite".

Il s'est filmé dans sa voiture à son arrivée Masjid al Noor puis lorsqu'il a ouvert le feu sur les fidèles. Il a diffusé cette vidéo d'une durée de 17 minutes en direct sur son compte Facebook, désactivé au bout de quelques minutes par la plateforme américaine.

Les comptes Facebook et Instagram du tireur aussitôt supprimés.

Il a été inculpé pour meurtre et devrait comparaître samedi.

Par ailleurs, trois autres personnes -dont une femme- ont été interpellées et la thèse d'un second tireur n'a pas encore été écartée.

un acte terroriste

La Première ministre Jacinda Ardern a décrit l'une des "journées les plus sombres" jamais vécues par cette nation du Pacifique Sud réputée paisible après ces attaques. "Il est clair qu'on ne peut que décrire cela comme une attaque terroriste", a-t-elle ajouté.

la réaction de la france

Dans un tweet, Emmanuel Macron a condamné "des crimes odieux" et souligné que "la France se dresse contre toute forme d'extrémisme".

Par ailleurs, Christophe Castaner a demandé aux préfets de "renforcer la surveillance des lieux de culte, par précaution". "Des patrouilles seront assurées à proximité des espaces confessionnels", explique le ministre de l'Intérieur.

>> RELIRE. La surveillance des lieux de culte renforcée en France après l'attaque terroriste en Nouvelle-Zélande


La suite du direct