“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Assassiné dans la cave d'un restaurant

Mis à jour le 28/12/2017 à 05:01 Publié le 28/12/2017 à 05:01

Assassiné dans la cave d'un restaurant

Rarissimes en Principauté, les homicides provoquent toujours un émoi particulier.

Rarissimes en Principauté, les homicides provoquent toujours un émoi particulier. Aussi, c'est tout Monaco qui est secoué quand Alfio Fallica, 30 ans, cuisinier sicilien, résidant à Menton et travaillant au restaurant Pulcinella, est retrouvé lardé de coups de couteaux dans la cave de l'établissement le samedi 25 février.

C'est en prenant son service qu'un membre du personnel découvre le corps de son collègue baignant dans une mare de sang, non loin d'un couteau. À ce moment-là, tandis que le service s'apprête à commencer, un employé manque étrangement à l'appel. C'est Rikard Nika, un jeune italien d'origine albanaise, qui travaillait dans l'établissement depuis quelque temps. Il a une bonne raison d'être absent : il s'est rendu aux carabiniers italiens de Bordighera pour avouer s'être battu sur son lieu de travail, ignorant si la victime était morte ou vivante. Les aveux passés, très vite c'est le trou noir. L'enquête met en évidence le caractère torturé de Rikard Nika, cuisinier très consciencieux par ailleurs.

Début mars, devant le mutisme teinté de confusion du jeune homme, une expertise psychiatrique est demandée par le tribunal. Le résultat tombe en juillet, il est sans appel : Rikard Nika n'était pas responsable de ses actes au moment du crime. Il ne sera donc pas jugé, mais interné en psychiatrie. Un coup dur pour la famille de la victime, qui a l'impression qu'il « meurt une deuxième fois », d'après la presse italienne.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct