Rubriques




Se connecter à

Antibes : Le gouvernement a mis de l'huile sur le feu

Comme dimanche soir, les policiers ont dû montrer les muscles hier, vers 19 h 30, pour repousser les derniers irréductibles qui bloquaient encore l'accès de l'autoroute.

V. B. Publié le 20/11/2018 à 05:28, mis à jour le 20/11/2018 à 05:28

Comme dimanche soir, les policiers ont dû montrer les muscles hier, vers 19 h 30, pour repousser les derniers irréductibles qui bloquaient encore l'accès de l'autoroute. A l'instar de Grasse, Cannes (voir ci-contre) ou encore à Nice, le mouvement des « gilets jaunes » s'est poursuivi aussi à Antibes. Dès 9 h, les manifestants ont pris position au nord de la cité des Remparts pour une opération : péage gratuit que ce soit en direction de Nice ou de Cannes. Vers 11 heures, les « gilets jaunes » ont ensuite pris le chemin du rond-point de Provence. Où ils ont installé un barrage filtrant pour les véhicules qui se dirigeaient vers l'entrée de l'A8, direction Nice. « Nous allons poursuivre le mouvement tant que le ministre continue de mettre de l'huile sur le feu, prévient Franco. Il va falloir qu'ils commencent à nous écouter. » Pas question donc pour eux de retirer leur gilet. Car, la colère est toujours aussi forte. Avec les mêmes arguments lancés depuis le début du mouvement : « Je gagne 1100 euros de retraite et je paye un loyer de 500 euros, explique Daniel, qui réside à Valbonne. Avec l'augmentation de l'essence, je ne peux plus terminer le mois. Pour, nous, c'est comme une taxe supplémentaire. Déjà qu'on a vu la CSG augmenter... »

Dans l'après-midi, les irréductibles ont pris la direction de Carrefour pour "bloquer" l'accès à la station essence avant de revenir au niveau de l'entrée d'autoroute. Une journée un peu plus calme que dimanche avec parfois des gestes de colère de certains automobilistes ou à l'inverse des klaxons d'encouragement. Un débat qui va certainement se poursuivre un moment. Reste à savoir jusqu'à quand.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.