Rubriques




Se connecter à

Albert II et Mornar dévoilent "L'ours" à Roquebrune-Cap-Martin

Fidèle à ses amitiés, le prince Albert II était samedi matin au Parc des Oliviers à Roquebrune-Cap-Martin pour y dévoiler une gigantesque statue d'ours signée Mateo Mornar.

CEDRIC VERANY Publié le 09/09/2012 à 07:00, mis à jour le 09/09/2012 à 12:40
Albert II et Mornar dévoilent « L'ours » à Ro - 18307688.jpg
Le souverain est venu à la rencontre de Mateo Mornar hier au Parc des Oliviers pour dévoiler cette nouvelle sculpture. Eric Dulière

Fidèle à ses amitiés, le prince Albert II était samedi matin au Parc des Oliviers à Roquebrune-Cap-Martin pour y dévoiler une gigantesque statue d'ours signée Mateo Mornar.

« Cet ours c'est deux ans de travail » souffle l'artiste. « Je le vois comme un hommage à cet animal qu'il faut sauvegarder ». Pour la première fois, le sculpteur a utilisé une technique novatrice pour achever son bronze.

L'œuvre a été peinte en blanc puis patinée et grattée pour lui donner sa teinte nuageuse. La bête trône dans ce jardin verdoyant en attendant de trouver acheteur.

 

Œuvre cosignée

En plus de la portée artistique, la somme que récolte Mornar à chaque fois qu'il vend une œuvre, il la reverse pour moitié à la Fondation Prince Albert II de Monaco. « Je le ferais jusqu'à la fin de ma vie, car le souverain m'a donné la chance de travailler dans d'excellentes conditions à Monaco avec l'atelier mis à ma disposition. D'ailleurs, toutes mes sculptures, je les consigne de mon nom et de celui du prince, car il vient parfois à l'atelier me donner un coup de main ». Mornar devrait prochainement exposer à Moscou puis à Abou Dabi, en marge du Grand Prix Automobile.

Mais son œuvre monumentale n'est pas la seule à avoir éclos dans le jardin. De nombreuses sculptures d'artistes internationaux invités jalonnent le parc dans le cadre des journées de « L'art-bre » jusqu'au 30 septembre.

 

 

 

 

 

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.