Rubriques




Se connecter à

Albert II et Charlène : sur les traces de Grace Kelly en Amérique

Remise d’un prix à New York, inauguration d’une expo à Toronto et entretien télévisé

Cédric Vérany Publié le 03/11/2011 à 07:13, mis à jour le 01/01/2011 à 02:14
Albert II et Charlène : sur les traces de Gra - 14883526.jpg
Le couple princier, mardi soir, sur la 42e rue à New York, à leur arrivée au Princess Grace Awards Gala . (Photo Reuters/Lucas Jackson) (Photo Reuters/Lucas Jackson)

Une escapade sous le signe du glamour. Le prince Albert II et la princesse Charlène ont passé deux jours aux États-Unis pour une série de manifestations liées à la mémoire de la princesse Grace.

Mardi soir, à New York, le souverain monégasque et son épouse dans une longue robe en dentelle noire signée Dior ont assisté au gala Princess Grace Award. Une soirée chic et people au cours de laquelle le prince Albert II a remis un prix à l'actrice Julie Andrews pour l'ensemble de sa carrière (lire également dans Monaco-Matin). Hier, c'est à Toronto au Canada que les jeunes mariés ont continué leur périple pour inaugurer une exposition hommage à Grace Kelly.

 

Interviewés sur NBC

Entre-temps, le couple s'est exprimé pour la première fois à la télévision américaine. Accordant une entrevue à la chaîne NBC et répondant aux questions de Matt Lauer. Le présentateur vedette de l'émission « Today » est largement revenu sur les rumeurs qui ont entouré leur noce en juillet dernier. « Est-ce que j'ai essayé de partir ? Non, bien sûr non ! » a répondu la princesse Charlène en riant. « Ce fut une parfaite opportunité pour certains médias d'utiliser cela pour que les gens achètent des magazines et écoutent toutes ces choses négatives ».Le prince Albert II a évoqué lui des « rumeurs injustes » et des « jalousies de la part de certains qui n'aimaient pas le fait que nous allions finalement être ensemble et nous marier ».

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.