“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Albert-II est venu remercier les soignants au CHPG de Monaco

Mis à jour le 14/01/2015 à 07:48 Publié le 14/01/2015 à 07:44
Le souverain, aux côtés de Patrick Bini, le directeur, a souhaité assister hier à la cérémonie des vœux du Centre hospitalier Princesse-Grace, pour remercier le personnel de leurs services lors de la naissance du prince héréditaire Jacques et de la princesse Gabriella.

Le souverain, aux côtés de Patrick Bini, le directeur, a souhaité assister hier à la cérémonie des vœux du Centre hospitalier Princesse-Grace, pour remercier le personnel de leurs services lors de la naissance du prince héréditaire Jacques et de la princesse Gabriella. Charly Gallo / Centre de presse

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Albert-II est venu remercier les soignants au CHPG de Monaco

À l’occasion de la cérémonie des vœux ce mardi, en présence du souverain, le directeur Patrick Bini a fait montre de la dynamique de l’établissement, qui a vu ses admissions accroître en 2014

À l’occasion de la cérémonie des vœux ce mardi, en présence du souverain, le directeur Patrick Bini a fait montre de la dynamique de l’établissement, qui a vu ses admissions accroître en 2014

J'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé. » C'est en citant cette pirouette humoristique de Voltaire que le prince Albert II a conclu ses vœux, ce mardi, devant le personnel du Centre hospitalier Princesse-Grace.

Après l'accouchement de la princesse Charlène, le 10 décembre dernier, le souverain a souhaité assister à cette cérémonie pour remercier « très chaleureusement » les équipes du CHPG qui ont entouré le couple princier et leurs enfants pendant la dizaine de jours d'hospitalisation.

« Lors de mes déplacements quotidiens, voire plus que quotidiens, j'ai pu apprécier le dévouement des soignants et leur attention constante », a rappelé le prince, soulignant « les liens qui unissent ma famille à cet établissement qui porte le nom de ma mère ».

41.000 passages aux urgences

Pour le directeur Patrick Bini, la naissance des enfants princiers a été « un honneur »couronnant l'importante année 2014. Année pour laquelle le directeur a le sourire.

Pour la septième fois consécutive, le budget de l'hôpital est excédentaire. Un excédent qui couvre les déficits de la résidence A Qietudine et du centre Rainier-III. Seul le Cap Fleuri, en attente de réfection, demeure en perte financière.

Mais pour sa direction, le CHPG demeure un établissement hospitalier attractif. En 2014, les admissions ont augmenté de 2,3 % (32 000 au total). Et les passages aux urgences ont accru de 4 % (41.000).

« Nous sommes aussi contents de voir que dans les questionnaires, les patients ont été à 99,8 % satisfaits de la qualité des soins », complète le directeur.

Attractivité aussi, assure Patrick Bini, côté personnel. L'hôpital délivre chaque mois 2 600 feuilles de paye. « Le CHPG est un établissement où on a envie de venir travailler. Pour cinq démissions de titulaires en 2014, nous avons comptabilisé 3 600 demandes d'emploi. »

À noter enfin que l'année 2015 va rimer avec chantier. Celui du futur hôpital démarre tout juste. Première étape, la protection des façades par des murs antibruit. Mais avant un établissement tout neuf, une partie des locaux continue d'évoluer.

La rénovation du service mammographie est en cours de finition. Dans le bâtiment des Tamaris, des salles de consultations et deux étages de chambres VIP pour des bilans de santé seront bientôt installées. Enfin, la crèche sera livrée en fin d'année.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.