“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Affaire Pastor: Janowski aurait projeté l'assassinat du fils, Gildo

Mis à jour le 06/12/2014 à 19:12 Publié le 06/12/2014 à 14:40
pastor affaire illustration
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Affaire Pastor: Janowski aurait projeté l'assassinat du fils, Gildo

Selon nos informations, le coach sportif du gendre d’Hélène Pastor a révélé au juge d’instruction que le fils de la milliardaire monégasque, Gildo Pastor, était la troisième victime sur sa liste. "Et pourquoi pas le prince Albert?" a réagi Me Jean-Claude Guidicelli.

Selon nos informations, le coach sportif du gendre d’Hélène Pastor a révélé au juge d’instruction que le fils de la milliardaire monégasque, Gildo Pastor, était la troisième victime sur sa liste. "Et pourquoi pas le prince Albert?" a réagi Me Jean-Claude Guidicelli, l'avocat de Wojciech Janowski, gendre d'Hélène Pastor et présumé commanditaire du meurtre.

Gildo Pastor, au chevet duquel sa mère se trouvait le 6 mai dernier à l’hôpital l’Archet à Nice, avant d’être abattue avec son chauffeur, était-il la troisième cible de Janowski? C’est ce qu’a assuré Pascal Dauriac, coach sportif, au juge.

Rappelons que Wojciech Janowski, ex-consul de Pologne de 65 ans, est soupçonné d’avoir fomenté l’assassinat d’Hélène Pastor ainsi que celui de Mohamed Darwich, son chauffeur. Il aurait confié l’organisation de cette froide exécution à Pascal Dauriac, son coach sportif de 46 ans.

Janowski est depuis emprisonné au quartier d’isolement des Baumettes, à Marseille. Alors qu’il avait avoué en garde à vue, il est revenu sur ses déclarations et clame son innocence.

«Dans la même logique implacable»

Par deux fois, la première devant les services de police, la seconde devant le juge d’instruction, Pascal Dauriac a donc affirmé que le gendre de la milliardaire de 77 ans avait également programmé, dans un second temps, d’assassiner Gildo Pastor.

Ce dernier, âgé de 47 ans, est le fils d’Hélène Pastor. Entrepreneur de talent (lire par ailleurs), patron de Venturi automobile, c’est à lui qu’Hélène Pastor rendait visite ce soir du 6 février où elle a été froidement abattue devant l’hôpital l’Archet. Il y était hospitalisé pour un accident vasculaire cérébral et devait en ressortir deux jours plus tard.

Pour quelles raisons Janowski aurait-il pu souhaiter ajouter une troisième victime à sa liste noire? «C’est dans la même logique implacable que les deux premières, confie un proche du dossier. Il avait planifié la mort de sa belle-mère pour mettre la main sur son argent. Non pas parce qu’il aurait hérité. C’était impossible, il n’était pas marié avec Sylvia, la fille d’Hélène Pastor. Mais parce qu’il savait que sa compagne lui donnait quasiment libre accès à l’argent du couple. Elle lui signait des chèques à tour de bras. Il a également fait assassiner le chauffeur avec un cynisme incroyable, pour brouiller les pistes. Quant à Gildo, c’était une façon de faire place nette. Hélène morte, Gildo décédé, il aurait quasiment eu la main totale sur la fortune de douze milliards d’euros. »

Affaire Pastor: six mois après, l'énigme demeure

Ces déclarations peuvent-elles être considérées comme crédibles? L’avocat de Pascal Dauriac, Me Jean-Robert Nguyen-Phung, n’a pas souhaité répondre à nos questions. Quant à l’un des avocats de Janowski, Me Jean-Claude Guidicelli, il affirme se délecter de ce genre d’accusations : «Ce n’est pas sérieux

Contacté, Gildo Pastor reste muré dans le silence qu’il observe depuis le début de l’affaire.

>>LIRE AUSSI.

"Et pourquoi pas le prince Albert?"

"Et pourquoi pas le prince Albert ?" a-t-il réagi. "Avec Me Campana, nous sommes ravis de genre d'allégations. ça démontre en tout cas le niveau de crédibilité de M. Dauriac. Ce qui nous importe, c'est uniquement ce qu'il y a dans le dossier. Et à ce jour, personne, hormis M. Dauriac, n'a entendu citer le nom de M. Janowski. Le mobile n'existe pas puisque M. Janowski avait une vie de rêve, 500 000 euros par mois. Ce n'est même pas un coupable idéal. Dans ce dossier passionnant, nous ne sommes pas à l'abri de surprises. Qu'on nous démontre qu'il avait un besoin impérieux d'argent."

«Pas facile d’utiliser le mot tuer»

Aucun élément ne viendrait pour l’instant accréditer les affirmations du coach. «De toute manière, c’est trop tôt pour le vérifier, on est encore sur le double meurtre», confie un enquêteur.

Depuis son interpellation, le coach sportif est constant dans ses déclarations. Il a immédiatement avoué son rôle de chef de la logistique. Un crime sordide commandité, selon lui, par Wojciech Janowski moyennant 250000 euros, dont 50000 en cadeaux, voyages, voiture ...

Lors de sa garde à vue, le gendre d’Hélène Pastor avait, selon des PV d’auditions publiés en juillet par le journal Le Monde, reconnu son implication dans les faits du 6 mai. « Oui, j’ai commandité ce meurtre, mais ce n’était pas dans ces termes que j’ai demandé à Dauriac de résoudre le problème qu’était ma belle-mère en sous-entendant de l’éliminer physiquement. C’était pas facile d’utiliser le mot “tuer”, mais j’ai utilisé les mots qui pouvaient lui faire comprendre ce que je voulais. »

Janowski se plaignait, selon de nombreux témoins, de la défiance de sa belle-famille qui ne semblait guère l’apprécier. Et lui-même nourrissait un très fort ressentiment à leur égard.

Si les affirmations de Dauriac étaient confirmées, cette haine prendrait encore une autre dimension.

>> CHRONOLOGIE. Si vous n'avez rien suivi à l'affaire Pastor


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.