“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Affaire "mains propres": les grands absents du procès

Mis à jour le 29/11/2016 à 11:09 Publié le 29/11/2016 à 11:10
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Affaire "mains propres": les grands absents du procès

En attendant les auditions du maire de Beausoleil, Gerard Spinelli, et de celui qui lui aurait remis des espèces, Lino Alberti, le tribunal doit se contenter de la lecture d'un étonnant procès verbal.

Dans le cadre de cette affaire politico-financière, le directeur général de la société Al.Ber.Ti, dont Lino était toujours administrateur, a été auditionné. Et Maxime Cassan révèle en garde à vue que la société de terrassement monégasque disposait d'une caisse noire.

Des "commissions occultes" étaient versées. Maxime Cassan évoque notamment une commission de 800.000€ en espèces pour un apporteur d'affaires algérien sur un chantier de raffinerie à l'export. De quoi faire bondir les avocats de la défense car le tribunal n'a pas été saisi de ces "faits graves" pourtant susceptibles de constituer des "infractions pénales".

Car Maxime Cassan lui n'a pas été renvoyé devant le tribunal correctionnel. Pas plus que Gérard Contes qui a racheté la société Al.Ber.Ti à Lino Alberti. Un autre Gerard dans le dossier dont on voit qu'il manipulait beaucoup d'espèces. Cela n'a évidemment pas échappé aux avocats de Gerard Spinelli.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.