Rubriques




Se connecter à

À Cap-d’Ail, "on espère être classé en catastrophe naturelle"

La plage Marquet, le port et le sentier des douaniers n’ont pas été épargnés par la tempête qui a frappé les Alpes-Maritimes. Ce dernier est totalement fermé, au moins jusqu’à samedi

Thibaut Parat Publié le 31/10/2018 à 08:17, mis à jour le 31/10/2018 à 09:56
Des dégâts matériels sont à déplorer Photo T.P. et DR

Un signe de croix, en guise de prière. Puis, en slip de bain, ce baigneur se dirige vers les eaux déchaînées de la grande bleue. «Il est fou! Quand on voit les dégâts causés par les vagues sur la plage Marquet, c’est imprudent de sa part», peste Pierre, un joggeur habitué à emprunter le sentier des douaniers pour décrasser l’organisme.

Lourde victime de la tempête Adrian, le sentier sera fermé dans son intégralité aux piétons au moins jusqu’à samedi, le temps que Dame Nature ne cesse ses caprices.

Sur cette plage de Cap-d’Ail, les éléments se sont déchaînés à tel point qu’un pan de la digue ouest a cédé, moult de ses rochers s’échouant alors sur la plage.Pis, la digue sous-marine attenante, consolidée en 2016, n’a pas été en mesure de stopper les offensives incessantes des vagues.

 

Et c’est la plage privée Le Lamparo, juste en face, qui en a le plus fait les frais.

>>VOIR AUSSI. VIDEO. Les impressionnantes images de la tempête Adrian de Menton à Monaco.

Le tempête a tout emporté avant de tout recracher sur la plage Photo T.P. et DR.

"Au chômage technique"

Sa terrasse extérieure a littéralement été dévastée. Ses transats, chaises, parasols, tables et 300m² de dalles en bois emportés ou détruits par la houle.

"Une vraie tornade. C’était violent… Là, on nettoie, on trie et puis on reconstruira. On va rebondir! Heureusement, le haut n’a pas été touché. Mais on va devoir fermer cet hiver, déplore Pierre Albuixech, cogérant de l’établissement qui a vu affluer son personnel et même les saisonniers de cet été pour remettre de l’ordre. On va subir une perte d’exploitation importante et mettre une douzaine de personnes au chômage technique. Après on ne va pas se plaindre, des gens sont plus malheureux que nous"

 

À deux pas, la plage voisine du Cap Marquet paraîtrait presque miraculée.

>>VOIR AUSSI. VIDÉOS. "Des dizaine de milliers d'euros" de dégâts... "Gueule de bois à Menton après le coup de mer".

"Prévenu par un ami, on est venu à temps, à 23h30, pour protéger le matériel de la plage, explique Emmanuel Elicrisio, serveur, en plein rangement. Alors oui, il y a eu un peu de casse mais on s’en sort très bien!"

"Pas vu ça depuis 2000"

De la casse, il y en eu au centre nautique de Cap-d’Ail, envahi par les enrochements de la digue. Les cubes en plastique faisant office de ponton flottant, éparpillés ici et là, n’ont pas fait long feu face à la puissance de la nature. Tout comme les quatorze Optimist retrouvés à l’autre bout de la plage Marquet. Notamment près du terrain de beach-volley qui ne porte plus vraiment son nom.

"Trois catamarans ont aussi été endommagés. D’un coup, c’était Beyrouth sur la plage. Je n’ai pas vu ça depuis le coup de mer de 2000. Mais bon, ça aurait pu être pire pour nous", souffle Alexandre, chef de base adjoint.

 

Au port de Cap-d’Ail, si aucun bateau n’a coulé comme à Menton, des dégâts matériels sont à déplorer.

"Vers 22h30, une vague de 7,20 mètres de hauteur est passée par-dessus la digue et le club house, qui a eu deux baies vitrées et une barrière extérieure enfoncées. Sur les quais, une partie des bornes électriques a été arrachée et un yacht a touché le quai."

Le sentier du littoral a été impacté à divers endroits et sera fermé au moins jusqu’à samedi. Photo T.P. et DR.

Sans doute cette même vague qui a eu raison de l’extérieur du restaurant La Cambuse, déjà durement touché par le passé. De cette Aston Martin au pare-brise explosé, stationnée au mauvais endroit. Ou encore de l’A’Trego, restaurant donnant pile sur la mer, qui a tout de même tenu à recevoir des clients à l’étage épargné.

"On n’était pas obligé d’ouvrir mais on a voulu la jouer professionnels. Je ne peux pas me permettre de mettre 25 employés au chômage technique. La vague est passée carrément au-dessus de l’établissement, révèle Jean-Luc Laurent, le patron. ça a inondé tout un étage et endommagé toute la véranda.Je chiffre à 50.000 euros de dégâts, sans compter le parquet imbibé d’eau.Je suis en attente des turbines d’air chaud pour assécher le sol."

"J’espère qu’on va être classé en catastrophe naturelle", souffle Astrid Cauquil de La Cambuse.

Le maire de Cap-d’Ail, Xavier Beck, devrait prochainement faire une demande auprès du préfet, après inventaire des dommages sur le domaine public et des propriétés privées. "En tant que maire, je n’avais jamais connu autant de dégâts", conclut-il.

 
La plage Marquet a été durement touchée par l’épisode météorologique. Photo T.P. et DR.
Le parking de la Brise Marine a été envahi de rochers et de cailloux, la Métropole NCA va intervenir. Photo T.P. et DR.
La digue de protection, à l’ouest de la plage Marquet, a cédé au milieu, laissant passer plus facilement les vagues. Photo T.P. et DR.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.