A Cannes-Mandelieu, une école est soupçonnée de détournement au compte personnel de formation

Deux enquêtes pour arnaque au compte personnel de formation ont été ouvertes à Paris et à Grasse. Pour l’une d’elles, une école, située dans la zone des Tourrades à Cannes-Mandelieu, est soupçonnée de détournement.

Article réservé aux abonnés
La rédaction Publié le 19/11/2022 à 08:30, mis à jour le 18/11/2022 à 22:57
Le nom de l’école, le nombre d’élèves victimes et le montant du préjudice n’ont pas été révélés. Photo d’illustration Sébastien Botella

Les arnaques au compte personnel de formation (CPF), permettant à toute personne active d’acquérir des droits à la formation en euros, n’en finissent plus.

Une école à Cannes-Mandelieu, située dans la zone d’activité des Tourrades, est soupçonnée de détournement, apprend-on par le parquet de Grasse. L’établissement, dont le nom n’a pas encore été révélé, aurait proposé à des élèves étrangers de fausses sessions de formation financées grâce au CPF et en aurait dispensé d’autres non subventionnées. Pour l’heure, le nombre d’étudiants concernés, le nombre de mis en cause, le montant du préjudice, la période et le déroulement des faits n’ont pas été communiqués.

Ce que l’on sait, c’est qu’une plainte a été déposée, avant qu’une information judiciaire soit ouverte, en juin dernier, puis confiée aux gendarmes de la brigarde de recherche de Grasse.

Préjudice estimé à 8,2 millions d’euros

Parallèlement à cela, une autre enquête a été ouverte dans la capitale, selon les informations du Monde et du Parisien confirmées par le parquet de Paris. Quatorze personnes, âgées de 20 à 50 ans, ont été soupçonnées d’être impliquées dans deux réseaux, possiblement liés, qui obtenaient frauduleusement depuis 2021, grâce à des sociétés de formation fictives, de l’argent de la Caisse des dépôts (CDC). Le montant estimé du préjudice s’élèverait à 8,2 millions d’euros.

Les investigations portent alors sur des faits qualifiés d’escroquerie en bande organisée, blanchiment en bande organisée, faux et usage de faux, et associations de malfaiteurs.

Jusque-là, l’argent récolté partait notamment sur des comptes à l’étranger, comme aux Émirats arabes unis, au Maroc, en Hongrie en passant par le Royaume-Uni ou le Portugal.

Au total, la justice a saisi, à ce stade, 1,6 million d’euros, et bloqué plus de 500.000 euros qui étaient en cours de décaissement à la CDC.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.