“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

80 plongeurs monégasques bénévoles recensent les nacres du Larvotto

Mis à jour le 09/06/2015 à 09:40 Publié le 09/06/2015 à 07:00
Les plongeurs bénévoles ont assisté à un briefing, hier matin, avant de baliser les nacres de la réserve du Larvotto.

80 plongeurs monégasques bénévoles recensent les nacres du Larvotto

Près de 80 bénévoles ont enfilé combinaison, masques et bouteilles pour répertorier les spécimens de pinna nobilis dans la réserve monégasque. Objectif : mieux les connaître

Près de 80 bénévoles ont enfilé combinaison, masques et bouteilles pour répertorier les spécimens de pinna nobilis dans la réserve monégasque. Objectif : mieux les connaître

Réveil dominical matinal pour près de 80 plongeurs bénévoles. Dès 8 heures, hier, ils ont commencé à se rassembler sur la digue du Larvotto. Pas question de s'offrir une petite balade récréative.

Ce rassemblement était bien plus officiel et sérieux. Ils ont participé à l'opération de balisage des grandes nacres (pinna nobilis en latin) de la réserve, organisée par la direction de l'Environnement et l'AMPN (Association monégasque de protection de la nature) en partenariat avec le laboratoire Ecomers de la faculté de Nice.

"La cartographie des grandes nacres au sein de la réserve du Larvotto a démarré en 2007-2008, commente Valérie Davenet, directeur de l'Environnement. Sur la première carte, environ un quart de la zone a été recensé."

Deux plongées dans la journée

"L'objectif est de recenser l'ensemble des spécimens pour pouvoir mesurer la vitalité de cette population, sa reproduction et son évolution,poursuit-elle. De ce fait, les plongeurs relèvent un certain nombre de données telles que la position GPS, la hauteur, la largeur, l'orientation des valves, etc. Cela facilite les études et les comparaisons pour les scientifiques. Sur la dernière cartographie, figuraient 650 nacres balisées dans la réserve."

Par palanquée de 4 ou 5, les plongeurs bénévoles - amateurs de la discipline, membres d'association ou même pompiers - avaient participé à deux séances de préparation à Nice et Monaco.

"Nous travaillons depuis des semaines sur cette opération de balisage", précise Jacqueline Gautier Debernardi, la présidente de l'AMPN, qui est par ailleurs gestionnaire de la réserve.

"Rien n'est laissé au hasard : chacun connaît précisément son rôle et la zone sur laquelle il doit plonger. Il faut être très précis pour éviter de compter deux fois le même spécimen et d'en oublier un autre."

Du coup, c'est le Dr Jean De Vaugelas du laboratoire Ecomers qui s'est chargé d'établir précisément le protocole.

Deux plongées ont eu lieu dimanche, une le matin, une l'après-midi. Il n'en fallait pas moins pour procéder à l'ensemble des relevés. Désormais, les scientifiques prendront le relais pour tout consigner et poursuivre leur travail sur l'évolution des grandes nacres en Méditerranée en plus spécialement à Monaco.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct