Rubriques




Se connecter à

20 jours après la disparition de Nathalie Prince à Fréjus, sa famille ne lâche rien

La Fréjusienne âgée d’une cinquantaine d’années n’a plus donné de nouvelles depuis le 5 octobre, jour où les membres de sa famille ont découvert une lettre d’adieu écrite de sa main.

Grégory Parigi Publié le 25/10/2021 à 19:30, mis à jour le 25/10/2021 à 19:14
Les trois enfants de Nathalie Prince (Loren, Dylan et Axel) avec sa maman (Christiane), sa sœur Sandra et son ex-mari Stéphane G. P.

Les proches de Nathalie Prince continuent de chercher énergiquement la mère de famille du quartier de Bellevue. Depuis la "marche blanche d’espoir" qu’ils ont organisé le dimanche 17 octobre à Fréjus-plage, ses enfants et les membres de sa famille ne lâchent rien.

Dans les jours qui ont suivi sa disparition, ils déploraient de ne pas être suffisamment pris au sérieux par les enquêteurs de la police nationale. Depuis, les choses ont changé. "Nous échangeons avec les policiers par téléphone tous les deux jours", explique Loren, la fille de Nathalie. S’ils ne perdent pas l’espoir de la retrouver vivante, ils multiplient néanmoins les battues citoyennes dans les environs.

"Nous continuons à la chercher nous-mêmes autour de Fréjus, ajoute Loren. Dimanche, nous avons constitué une équipe d’une vingtaine de personnes et nous avons effectué une battue dans la forêt de la Lieutenante (dans le secteur de Puget-sur-Argens, Ndlr). L’idée était de fouiller tous les endroits où les gens ne vont jamais. On a besoin d’explorer chaque piste pour s’enlever cela de la tête".

Un soutien populaire

Dans leurs efforts pour retrouver Nathalie Prince, ses proches peuvent compter sur le soutien de nombreux habitants de la cité romaine. De par ses activités associatives (comme la danse) et son engagement au sein du mouvement antipass, la mère de famille avait bâti un solide réseau de connaissances amicales. Chaque weekend, des amis viennent prêter main-forte à Loren, Dylan et Axel (les enfants de Nathalie), Christiane (sa maman), Sandra (sa soeur) et Stéphane (son ex-mari).

 

C’est sur la page Facebook de Loren ("Lo Maria") qu’ils se retrouvent pour prendre les consignes de chaque nouvelle battue. La prochaine devrait se dérouler dimanche prochain. "Je ne sais pas encore où nous allons chercher, explique Loren. J’établis le programme au jour le jour, avec ma carte. Si des gens veulent venir nous prêter main-forte, ils sont les bienvenus. Ce que nous voulons éviter, c’est que tout le monde se démobilise et oublie notre mère".

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.