“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

115 salariés de l'Hôtel de Paris à Monaco toujours en grève

Mis à jour le 01/01/2014 à 19:40 Publié le 01/01/2014 à 18:46
Salariés de l'Hôtel de Paris en grève.

Salariés de l'Hôtel de Paris en grève. J.D.

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

115 salariés de l'Hôtel de Paris à Monaco toujours en grève

Les salariés en grève de l'Hôtel de Paris à Monaco ont voté ce mercredi la poursuite de leur mouvement entamé lundi. Ce nouveau débrayage de 24 heures, concerne 115 salariés du palace.

Les salariés en grève de l'Hôtel de Paris à Monaco ont voté ce mercredi la poursuite de leur mouvement entamé lundi. Ce nouveau débrayage de 24 heures, concerne 115 salariés du palace.

Pour le réveillon du 31 décembre, ils ont veillé jusqu’à trois heures du matin et sont restés groupés devant l’entrée de service de l’Hôtel de Paris, avenue des Beaux-Arts. "On ne voit personne de la direction, note Sylvie Claudel, secrétaire adjointe du syndicat Hôtels Cafés REstaurants (HCR). On est prêts à être reçus pour négocier."

Les grévistes ont eu, mardi après-midi, Luca Allegri en ligne. Mais la conversation a tourné court. "Je regrette cette situation, explique le directeur des opérations hôtels, spa et resort du groupe SBM. Depuis des mois, on ne fait qu’essayer de trouver des solutions. J’ai convoqué les délégués du personnel lundi 30 décembre pour qu’ils retournent travailler. Mais ils n’ont pas suivi ma suggestion. La situation est bloquée car ils n’ont pas souhaité continuer la discussion. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.