“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Il n'avait plus le droit d'entrer à Monaco: huit jours de prison

Mis à jour le 17/09/2015 à 08:18 Publié le 17/09/2015 à 08:15
AGENCE MONACOILLUSTRATION PALAIS DE JUSTICE DE MONACO

Il n'avait plus le droit d'entrer à Monaco: huit jours de prison

Interdit de fouler le sol monégasque depuis 2009, un Georgien résidant à Beausoleil, a comparu devant le tribunal correctionnel pour non-respect d'une mesure de refoulement du territoire.

 

Georg Mosashvili est loin d'être angrophobe! Ce Géorgien célibataire, sans profession, est entré dans une colère folle au cours de sa comparution, menotté, devant le tribunal correctionnel.

Ce récidiviste déchaîné avait enfreint une mesure de refoulement du territoire. Il a eu beau vociférer, invectiver, fulminer, pester…

La présidente Emmanuelle Casini-Bachelet, nullement impressionnée, est restée très calme et a finalement réussi à le raisonner après une suspension d'audience. Le prévenu a écopé de huit jours de prison.

Résidant à Beausoleil, ce quadragénaire n'en est pas à son coup d'essai. Plusieurs fois, il n'a pas respecté l'interdiction de venir en Principauté signifiée en 2009. Et pour des motifs futiles… Dernier exemple: sa présence en gare de Monaco.

"Il est 1 h 20 ce 11 septembre quand les policiers vous interpellent. L'agent de sécurité a affirmé que vous avez refusé de lui parler… Il n'y a plus de train à cette heure… Que faisiez-vous véritablement?", demande la présidente.

"C'est quoi ces témoignages? Faites ce que vous voulez… Je m'en fous! Je vous déteste! J'en ai marre!", répond le détenu.

"Mais vous n'avez pas le droit d'être à Monaco!

"Je n'avais pas le choix! À Beausoleil, des jeunes m'ont blessé avec un scooter. Je voulais éviter une bagarre… J'ai couru. Mais j'avais trop mal au pied. Comme je ne pouvais pas aller au CHPG, je voulais me faire soigner à Nice…"

Le procureur Cyrielle Colle précise que: "Monsieur avait surtout décidé de rester dans la gare et d'attendre le prochain train! Il a été conduit au poste pour lui faire entendre raison. Certes, il a montré ses blessures. Mais elles ne nécessitaient pas de se trouver dans la station SNCF à cette heure-là."

Après un rappel des précédentes infractions, la représentante du Parquet a requis une peine de quinze jours de prison.

Me Xavier-Alexandre Boyer, en défense, estimera que son client "n'avait pas le choix après une agression avec des dealers. Comme il ne voulait pas les retrouver, il est allé à la gare, convaincu que le bâtiment se trouvait sur le territoire français. Il savait qu'il ne pouvait pas être soigné en Principauté…Il n'a rien fait de mal. Il est excédé parce qu'il ne comprend pas cette comparution. Clémence!"

Le tribunal réduira la peine demandée par le ministère public.

à partir de 1 €


La suite du direct