Zones à trafic limité, zone à faible émission : comment la France et l'Italie préservent leurs villes?

En Italie, les villes ont mis en place les ZTL (zones à trafic limité). Réservées, entre autres,aux services publics, aux riverains et aux vélos, elles permettent de désengorger les centres-villes et de préserver le patrimoine. Une démarche qui n’est pas sans rappeler les zones à faible émission (ZFE) mises en place dans 11 agglomérations françaises. On a comparé.

Flora Zanichelli Publié le 28/10/2022 à 19:00, mis à jour le 27/10/2022 à 17:35
Les zones à trafic limité désengorgent les voies et permettent de préserver le centre ville. (Eric Ottino)

ZFE et ZTL : Pourquoi les mettre en place?

En Italie, les ZTL ne sont accessibles à certains horaires qu’aux autobus, vélos, taxis et véhicules autorisés (ceux des riverains et des commerçants). L’idée est de réduire le trafic sans pour autant rendre la zone piétonne.

Objectif, améliorer le cadre de vie des centres villes et préserver les centres historiques, dégradés par le passage des voitures. Un sujet de haute importance dans un pays riche en patrimoine. Tant et si bien, d'ailleurs, que l’Institut supérieur pour la protection et la recherche environnementale (ISPRA) avait lancé une étude sur la conservation des biens malgré la pollution. 

Pour ce qui est des ZFE, l'objectif est d'interdire progressivement, en revanche, les véhicules les plus polluants. Elles sont appelées à se développer dans toute la France.

"Contrairement à la zone à faibles émissions (ZFE) qui se contente de limiter l’accès aux véhicules en fonction de leurs émissions de polluant, la ZTL vise à réduire l’occupation de l’espace public par les véhicules en stationnement et en déplacement hors transport public et modes actifs", écrivait le Cerema (centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement) lors d’un voyage d’études international sur les ZTL à Cuneo, Turin et Milan. Elle constitue, continue l’Institut, une "reconquête de l’espace public".

Qui est concerné?

Seuls les véhicules dont la plaque d’immatriculation est enregistrée auprès du Système de repérage des infractions (SRI) obtiennent le permis de circuler dans une ZTL.

 

Les ZFE limitent l’accès des centres ville à certains types de véhicules jugés polluants. 

Comment ça marche?

Dans le cas d’une ZTL, des caméras sont fixées à l’entrée de la zone. La plaque du véhicule, préalablement enregistrée auprès d’un service dédié, est lue et reconnue. 

En France, d’ici au second semestre 2024, un "système de contrôle sanction automatisé" contre les véhicules trop polluants interdits sera mis en place dans le cadre des ZFE. Il pourrait prendre la forme d’un radar et se ferait pas lecture des plaques.

Pour quels résultats?

"La ZTL donne des résultats très satisfaisants [...] avec une réduction du trafic motorisé et un report modal conséquent en faveur des modes actifs et des transports collectifs", concluait le Cerema dans son étude.

 

Le centre d’études remarquait par ailleurs l’adhésion des habitants au dispositif et l’apaisement des zones "qui favorisent les activités locales (commerces, bars, restaurants, abords des écoles animés…) et qui pourraient aussi être davantage végétalisées".

Dans une interview donnée au Monde, Luca Tamini, chercheur en urbanisme à l’université Politecnico de Milan constatait à propos de la ZTL milanaise : "Au sein des ZTL, le taux de vacance des rez-de-chaussée baisse : cela signifie que les commerces résistent mieux dans les zones à trafic limité. Les flux de passants génèrent de l’activité commerciale. Au point qu’aujourd’hui, les grandes marques qui s’installent à Milan demandent à être à l’intérieur de la ZTL."

Pour les ZFE, les résultats ne sont pas encore connus. L’association 40 millions d’automobilistes dénonçait le caractère injuste de ce dispositif, contraignant les ménages parfois modestes à acquérir des véhicules non polluants.

Pour l'instant, les ZFE concernent 43 collectivités d’au moins 150.000 habitants.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.