“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Vous voulez ouvrir un bistrot? Ce groupe veut créer 1000 cafés dans les villages de France

Mis à jour le 11/09/2019 à 12:31 Publié le 11/09/2019 à 12:30
L'ambition de SOS? Créer 1.000 cafés en France (illustration).

L'ambition de SOS? Créer 1.000 cafés en France (illustration). Photo L. B

Vous voulez ouvrir un bistrot? Ce groupe veut créer 1000 cafés dans les villages de France

Recréer du lien social dans les villages qui ont vu leurs commerces fermer un à un: c’est l’ambition du groupe SOS qui lance demain l’opération 1000 cafés.

Jeudi, 32.000 maires de communes rurales recevront un mail leur proposant de créer ou de recréer un café dans leur village.

Cette opération spectaculaire est lancée par le groupe SOS, la première entreprise sociale européenne.

Dirigé par Jean-Marc Borello, un proche d’Emmanuel Macron qui a créé depuis 35 ans une multiplicité de structures d’insertion, le groupe SOS compte ouvrir mille bistrots dans l’ensemble du territoire.

L'appel à candidatures ouvert plusieurs mois

Dans chacun des lieux identifiés grâce au concours des maires, SOS montera le projet, aménagera les locaux et recrutera "en priorité localement" un binôme "pour gérer le café et ses services et participer à la convivialité du lieu et à son ancrage dans le territoire".

Ces 1.000 cafés s’implanteront uniquement dans des villages qui n’ont plus de commerces ou s’apprêtent à perdre le dernier.

"Notre initiative répond à un véritable enjeu de société, notamment après la crise des gilets jaunes", explique Jean-Marc Borello, le président du groupe SOS.

L’appel à candidatures lancé jeudi restera ouvert plusieurs mois.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.