“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Voir les femmes comme les égales des hommes

Mis à jour le 26/11/2016 à 05:16 Publié le 26/11/2016 à 05:16
(Phoro Michael Alesi)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Voir les femmes comme les égales des hommes

L'avocate Sara Elizabeth Dill évoquera les violences faites aux femmes, aujourd'hui dans le cadre des conférences du TEDxMonteCarlo. Au lendemain d'une journée mondiale consacrée à ce fléau

Une petite falaise, quelques arbres, un bâtiment clair en longueur et un drapeau américain. Vu de loin, voilà à quoi ressemble la prison américaine de la baie de Guantanamo, à Cuba. Un endroit discret, établi loin des regards. Pourtant, Sara Elizabeth Dill connaît bien le lieu. L'avocate américaine a été observatrice des droits de l'Homme dans le centre de rétention, dont l'ancien patron a été convoqué par la justice française suite à des accusations de torture. Un sujet a priori éloigné des violences faites aux femmes, objet de la conférence qu'elle donne aujourd'hui lors du TEDxMonteCarlo, au Grimaldi Forum. Mais pas tant que ça, à la réflexion.

« Quand j'y étais, c'était un vrai problème de droits de l'Homme. Quand il y a des avocats et des juges très qualifiés qui disent : "C'est ok de faire toutes ces choses horribles", et quand on voit ce qu'il s'y passe, on comprend que les violences contre les femmes soient encore tolérées », lâche celle qui coordonne le développement des politiques de l'American Bar Association (1) sur la justice pénale, l'immigration, et le droit international.

En ce lendemain de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, elle est venue, aussi, aborder les solutions : plus d'éducation, un « travail sur les mentalités »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.