Rubriques




Se connecter à

Voici pourquoi les salariés de la Fnac de Cannes étaient en colère, ce vendredi 24 décembre

Sous la bannière CGT, une dizaine d’employés s’est postée devant l’enseigne Fnac de la rue d’Antibes à Cannes ce vendredi de 10 à 14 h pour distribuer des tracts et dénoncer leurs conditions de travail.

A.C Publié le 25/12/2021 à 08:00, mis à jour le 24/12/2021 à 17:45
Distribution de tracts, devant la Fnac de Cannes. (Photo A.Carini) (Photo A.Carini)

Des couleurs blanches et rouges, mais ce n’étaient pas celles du père Noël, auxquels ces salariés de la Fnac ne croient plus. Plutôt celles de la CGT, qui appelait (comme dans les autres Fnac de France) les salariés à faire grève et manifester symboliquement leur mal-être social, en ce dernier jour de rush sur le shopping.

Devant l’enseigne de la rue d’Antibes, ils étaient une dizaine (revendiquant 17 salariés grévistes sur les 42 employés du magasin local) sous la bruine, à distribuer des tracts à la clientèle pour dénoncer leurs conditions de travail. Fnac, agitateur? Ceux-là ont pris gentiment le slogan au pied de la lettre, car pour eux, travailler à la Fnac n’est plus forcément un cadeau! Explications.

Baisse d’effectifs

"Depuis dix ans, nous sommes passés de 84 employés à 42 à la Fnac de Cannes, dont des cadres alternatifs et des contrats précaires à 7h/semaine, maugrée Thierry Maillard, délégué CGT. Du coup, on déserte les rayons pour donner conseils aux clients."

Une polyvalence toujours plus importante 

"On est moins nombreux, mais on doit désormais être multitâche, au détriment de la spécialisation qui faisait la force de l’enseigne. Nos dirigeants veulent créer des pôles services, où chacun devra développer des photos, décharger le camion, monter un dossier de financement, vendre un livre, un jouet ou disque!"

 

Une entreprise prospère mais des salaires qui ne conviennent plus 

Alors qu’elle a racheté Darty puis Nature et découvertes, l’enseigne ferait encore de gros bénéfices et distribuerait d’énormes dividendes à ses actionnaires. Au contraire de ses salariés"Moi par exemple, j’ai 17 ans de Fnac, et j’émarge à 1700 euros et mensuels", grince Thierry Maillard. La Fnac ne joue plus vraiment son rôle culturel: Entre sa diversification et ses rayons disques-librairie qui sont passés de 140m2 à environ 50m2 à Cannes, l’offre culturelle n’y serait plus vraiment selon les manifestants.

"On représente encore 30% du marché culturel, et les clients achètent toujours des biens culturels sur le Net. Si on n’a plus rien à proposer en magasin, on subit une sorte de concurrence déloyale avec fnac.com." Parmi les clients, certains étaient partagés entre compréhension du mouvement et énervement face à cette "gêne" occasionnée en ce jour d’achats last minute.

La directrice du magasin, Karine Butin, n’a pu être jointe pour réagir.

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.